La belle rencontre

Le contraire d'une rencontre fâcheuse
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Partie d'inventaire.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
arnold.jack
*****


Nombre de messages : 380
Localisation : centre France
Date d'inscription : 01/04/2006

MessageSujet: Re: Partie d'inventaire.   Jeu 13 Avr 2006 - 9:40

Merci Jemrobe de faciliter le jeu de piste qui conduirait à " mes oeuvres ". Bien qu'Abuzin m'ait donné la méthode, je reste bloqué devant certaines manoeuvres informatiques. Et puis, bien que le site, " rencontres avec abel ", ait pour but de donner moyens à discussion, j'ai quelque gène à faire de la réclame.

Pascale pose la question de savoir pourquoi, dans la nouvelle " le rêveur missionné ", le sexe a retenu, en premier, l'attention de la plupart des lecteurs qui se sont exprimés ?

En fait, je n'en sais rien !

Certains semblaient vouloir dire que cela n'apportait rien à l'imagination d'un monde cohérent utopique. Ils semblaient affirmer que ce thème était une préoccupation mineure dans la vie des gens, et la leur en particulier, au regard de l'éducation, de la religion, de l'économie, etc.

D'autres ont trouvé que c'était limite pornographie !!! Z'ont dû mal lire ! D'autres ( oubliant que c'était utopique ) ont trouvé que la facilité des relations entre hommes et femmes était vraiment trop dans l'irréalité.

Autrement dit, ce que je voulais souligner dans le sexe n'est pas apparu à leurs yeux ! Me faudrait recommencer... Mais j'ai précisé que je n'empêchais pas quiconque de reprendre à son compte une autre écriture de cette histoire... De multiples visions sont possibles sur un même thème central...

Essentiellement, je voulais signaler plusieurs choses :

-Sexe et procréation sont liées naturellement. Que peut-on imaginer si la procréation est hors de la sexualité ludique...

-Imaginer des situations extrêmes : obligation de contrôler la procréation contre la surpopulation, imaginer - cas d'un monde irradié - une nécessité d'éviter des maladies génétiques trop fréquentes...

- Imaginer que les femmes n'aient plus à redouter la semence des hommes lors de rapports sexuels. Ni leur domination possessive.

-Imaginer la fin des couples comme modèle dominant pour l' éducation ou l'économie. Protéger et former les mères, éduquer les jeunes à la sexualité libre, etc...

L'évolution du monde d'aujourd'hui n'est pas si loin de rendre ces possibles nécessaires. Je suis en train de lire l'ouvrage dirigé par Christine Ockrent : Le livre noir de la condition féminine ( 25 €) XO éditions. Je crois que de nombreuses femmes - si elles avaient un grain de bon sens - accepteraient l'idée que tous les hommes soient vasectomisés ! Je voulais par-là affirmer l'aspect utopique du monde artificiel que je présentais, et pourtant, il est bien tendre à côté de certaine réalité féminine, notamment en Afrique, en Asie !

- Quant au plaisir sexuel, même libre et banalisé, je voulais quand même l' évoquer " dans les normes traditionnelles " du rapport homme femmes.

- Un autre aspect était celui du rapport sexuel, associé au tantrisme, acte idéalisant la rencontre entre deux êtres, les saturant de plaisir sublimé pour dilater leur esprit, afin d'illuminer leur vie quotidienne, afin d'en faire un acte quasi religieux, élevant jusqu'au sens du divin.

Mais n'est pas écrivain qui veut, et c'est un art sans doute que de savoir orienter le regard d'autrui. Art que je ne possède pas.

J'ai fait ce que j'ai pu, et le jardinier que je suis demeure en son jardin : )

_________________
amour bien-être lucidité
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
arnold.jack
*****


Nombre de messages : 380
Localisation : centre France
Date d'inscription : 01/04/2006

MessageSujet: Re: Partie d'inventaire.   Jeu 13 Avr 2006 - 9:46

Aïe ! dans l'expression " rapport homme femmes " remplacer par " rapport hommes femmes ", c'est-à-dire le tout au pluriel.

Le subconscient, je vous jure !!! si près de la nature !!! Smile)

_________________
amour bien-être lucidité
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pascale
******


Nombre de messages : 679
Localisation : annecy
Date d'inscription : 30/03/2006

MessageSujet: Re: Partie d'inventaire.   Jeu 13 Avr 2006 - 11:07

Very Happy Aïe le lapsus!

Il faut pourtant continuer à écrire.
Une écriture est un univers, et un univers ne touche pas les gens d'égale façon.

Je suis toujours frappée d'entendre dire certains que le sexe est une part mineure dans la vie d'un être humain.

Est-ce une volonté de croire que la sexualité se réduit à un exutoire?

Est-ce déterminé par l'ignorance de cet éblouissement?
C'est bien possible, car il arrive que nous cherchions à réduire l'importance d'un domaine duquel nous sentons exclu.

Quand à la pornographie! Je trouve incongru d'y penser.

Pour l'idée de la vasectomie, cela peut poser un problème psychologique.
Tout dépend des conditions, bien entendu, du contexte...Mais l'idée que l'homme soit privé du don de la vie est un sentiment étrange.

Autrement-dit, savoir que la semence est comme vidée de sa force génératrice pose le problème d'un manque.

Je n'arrive pas très bien à le formuler.

Les pratiquants de tantrisme sexuel sont formels sur la transformation de leur sexualité.

Je suis certaine que la sexualité est indissociable de la spiritualité.
Quand on observe l'expression d'extase de certains saints et vierges, on ne peut que se sentir conforté dans cette idée.. Very Happy

_________________
Etre homme, c'est précisément être responsable
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
abuzin
******


Nombre de messages : 768
Age : 61
Localisation : Rhode-Saint-Genèse
Date d'inscription : 30/03/2006

MessageSujet: Re: Partie d'inventaire.   Jeu 13 Avr 2006 - 12:22

pascale a écrit:
Il faut pourtant continuer à écrire.
Une écriture est un univers, et un univers ne touche pas les gens d'égale façon.

Très joli et très vrai.

pascale a écrit:
Je suis toujours frappée d'entendre dire certains que le sexe est une part mineure dans la vie d'un être humain.

Est-ce une volonté de croire que la sexualité se réduit à un exutoire?

Je pense effectivement que la part que l'on donne à la sexualité est surfaite. Ce sont tous les espoirs que l'on n'y met et qui ne sont jamais satisfait qui conduisent à des dérives tels que la pornographie qui est une course sans fin à l'assouvissement d'un besoin que l'on croit entre ses jambes, mais qui se situe bien plus haut.

La sexualité devrait permettre la fusion, corps et âmes, des couples, et en fait, on se rend compte que l'intimité physique n'engendre pas l'intimité de la pensée. Je trouve cela vraiment décevant. Tout au plus, le couple parvient à capter son attention sur un acte commun, mais il ne peut "sentir" le plaisir de l'autre, même si il en perçoit la manifestation.

Il y a bien plus de moments où le couple fusionne que dans une sexualité débridée. Il suffit de voir qu'un simple onanisme remet en place toute la mécanique corps et esprit qui s'emballe à la vue imaginaire ou réelle d'un bout de peau perçut comme érotique, pour comprendre qu'il ne s'agît que d'un jeu d'hormone. Je ne reconnais à la sexualité qu'une seule qualité, celui de voir l'autre au lieu de ne voir que soi-même en réaction avec l'environnement. Et même ça, je ne crois pas que les pornocrates y arrivent.

pascale a écrit:
Je suis certaine que la sexualité est indissociable de la spiritualité. Quand on observe l'expression d'extase de certains saints et vierges, on ne peut que se sentir conforté dans cette idée.. Very Happy

Preuve que la sexualité en tant que stimuli est logée dans le cerveau et que nos sexes physiques ne sont que de piètres organes peu amènes à combler nos véritables besoins de communication avec l'autre ... ou nous-mêmes. La sexualité n'est qu'un outil mineur dans notre relation à l'autre.

abuzin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://la-belle-rencontre.winnerbb.net/
arnold.jack
*****


Nombre de messages : 380
Localisation : centre France
Date d'inscription : 01/04/2006

MessageSujet: Re: Partie d'inventaire.   Jeu 13 Avr 2006 - 16:24

Il est des gens qui pensent que le sexe n'a de prix que parce qu'il est interdit : l'attrait du fruit défendu !

C'est la difficulté qui ferait le prix. Trop facile d'accès, le sexe apparaîtrait vite comme peu intéressant. Je ne suis pas loin de penser cela. De là, à vouloir toujours plus, et jusqu'à la déraison, c'est un peu dérisoire.

Cependant le sexe est un moyen de relation.

C'est une activité de création qu'on peut faire à deux au moins. Comme jouer de la musique à deux est plus gratifiant que de jouer seul. Crée de la musique à deux, c'est percevoir de façon empathique le déplacement de l'autre, chaque geste en direction et en intensité, comme à la danse. C'est partager une oeuvre, la bâtir et la contempler à deux. Et le cheminement qu'on a fait ensemble est un remède si fort contre la solitude...

Au fond, n'en est-il pas ainsi de bien des activités humaines : le cheminement vaut mieux que le lieu atteint.

Mais il est aussi des boulimiques qui ne sont jamais rassasiés parce qu'ils demandent trop ou parce qu'ils n'obtiennent jamais rien et courent après une idée abstraite.

C'est compliqué le sexe, et je partage avec Abuzin cette idée que plus que beaucoup d'autres, cette partie du corps a des racines dans le cerveau. Il serait un peu dommageable que le sexe à lui seul occupe toute l'énergie du cerveau.

Mais il n'est pas condamnable le sexe qui donne de l'élan au cerveau.

Et l'on sait que plus la relation amoureuse est riche, plus on augmente le nombre de connexions sollicitées, plus l'orage hormonal apporte de bien-être.

Le nectar des Dieux, c'est notre propre sécrétion hormonale !

Cependant c'est tout l'être qui est engagé et le bénéfice est à la mesure de l'engagement.

_________________
amour bien-être lucidité
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
abuzin
******


Nombre de messages : 768
Age : 61
Localisation : Rhode-Saint-Genèse
Date d'inscription : 30/03/2006

MessageSujet: Re: Partie d'inventaire.   Jeu 13 Avr 2006 - 16:57

arnold.jack a écrit:
Mais il n'est pas condamnable le sexe qui donne de l'élan au cerveau.

Rien à condamner, juste à tempérer.

arnold.jack a écrit:
Et l'on sait que plus la relation amoureuse est riche, plus on augmente le nombre de connexions sollicitées, plus l'orage hormonal apporte de bien-être.

Le nectar des Dieux, c'est notre propre sécrétion hormonale !

Ca c'est bien vrai. Je comprend que certains puissent tomber dans la dépendance.

arnold.jack a écrit:
Cependant c'est tout l'être qui est engagé et le bénéfice est à la mesure de l'engagement.

D'accord pour ce qui est de l'engagement, pas certain d'en récolter le bénéfice espéré.

abuzin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://la-belle-rencontre.winnerbb.net/
pascale
******


Nombre de messages : 679
Localisation : annecy
Date d'inscription : 30/03/2006

MessageSujet: Re: Partie d'inventaire.   Ven 14 Avr 2006 - 16:52

Abuzin a écrit

"D'accord pour ce qui est de l'engagement, pas certain d'en récolter le bénéfice espéré"

Mais quel espoir?
Qu'est-ce qui pourrait être à ce point décevant que l'on puisse être amené à considérer que l'importance de la sexualité est surfaite?

J'entends une espèce de "oui, bof"

Il me semble que ceux dont la sexualité n'apporte pas le bénéfice espéré sont ceux qui sont frustrés, accompagnés par des partenaires maladroits ou ignorants, eux-mêmes peut-être bloqués, ne pouvant faire un certain nombre de connexions utiles dans l'art d'aimer.

Ou alors, il peut s'agir de personnes s'investissant énormément dans des domaines où le plaisir passe totalement par autre chose: Travail, passion.
Ils deviennent alors des dérivatifs puissants capables de détourner complètement l'individu de la relation amoureuse dans toute sa plénitude.


Dans les deux cas, effectivement, le bénéfice n'est pas grand.
Il n'a pas la dimension dont Arnold.jack et moi, nous parlons.

Par contre je comprends tout à fait l'idée que les choses se passent au niveau du cerveau.
Mais c'est normal, la puissance érotique déclenchée par le sentiment d'amour réciproque est LE véritable et SEUL aphrodisiaque qui soit sûr de fonctionner!

Le mot de dépendance, aussi, je ne le comprends pas.
Quel que soit le niveau de sagesse acquis dans la vie, nous sommes des êtres de relations et intrinsèquement dépendants les uns des autres. A fortiori en amour.

Les ruptures amoureuses suivent le même processus que celui de la rupture définitive de la vie. Les étapes de deuil sont les mêmes...

Ce ne sont pas nos hormones qui nous rendent dépendants de façon obssessionnelle, c'est l'amour que l'on reçoit dans toute sa manifestation.
Et celui qu'on donne nous agrandit!

Biensûr une dépendance qui amènerait à commettre des actes de violence, des folies de débauche ruineuse, etc...serait à bannir!
Mais là, il ne s'agirait plus de dépendance, mais de pathologie grave.
A faire soigner de toute urgence affraid

En revanche ce qui me paraît absolument surfait, c'est l'idée qu'on se fait d'une sexualité épanouie, à travers la publicité, les magazines de société, les on-dit:
La nécessité de porter l'excitation hormonale à son paroxysme avec des sous-vêtements.
Comment séduire monsieur? Le manuel de la séductrice, séduction, mode d'emploi, etc...Les plans soirée à deux, la musique langoureuse, le petit pas de danse, le parfum irrésistible...


L'idée d'avoir recours absolument à des artifices me paraît à la limite de l'enfantillage rendeer

Le visionnage du film pornographique pour parfaire son éducation.
L'apprentissage du kamasutra de A à Z.
Certains couples en mal de stimuli ont recours à l'échangisme pour "sauver leur couple". La légende de la multiplicité des partenaires a la vie dure, surtout quand on l'érige en sauveur!
C'est bien connu, la routine tue l'amour.
Sauf que l'amour routinier, ça n'existe pas dans une relation d'amour profond, puisque tout participe à le faire vivre.

Tout vous rend "fou" de l'autre. Son geste familier, celui qui le caractérise, qui vous attendrit. Sa voix, son sourire, son pas, son défaut, son odeur, sa manière de vieillir. L'égarement de vos pensées dans votre vécu. Sa pudeur et son impudeur.

Quelquefois même, vous pensez qu'il vous faudrait prendre le dernier train avant lui, pour ne pas vivre son absence tout en sachant que tout ce que vous garderez continuera de vous nourrir, parce que l'amour ne meurt pas.

Du moins cet amour-là, qui n'a rien à voir avec les cadres qu'on veut bien nous en présenter et qui faussent l'image que nous en avons.
Sans compter sur l'éducation!

_________________
Etre homme, c'est précisément être responsable
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jemrobe
******


Nombre de messages : 1138
Age : 75
Localisation : Bourgogne
Date d'inscription : 03/04/2006

MessageSujet: Re: Partie d'inventaire.   Ven 14 Avr 2006 - 19:04

pascale a écrit:

...Il me semble que ceux dont la sexualité n'apporte pas le bénéfice espéré sont ceux qui sont frustrés, accompagnés par des partenaires maladroits ou ignorants, eux-mêmes peut-être bloqués, ne pouvant faire un certain nombre de connexions utiles dans l'art d'aimer.

Ou alors, il peut s'agir de personnes s'investissant énormément dans des domaines où le plaisir passe totalement par autre chose: Travail, passion.
Ils deviennent alors des dérivatifs puissants capables de détourner complètement l'individu de la relation amoureuse dans toute sa plénitude.Dans les deux cas, effectivement, le bénéfice n'est pas grand.
Il n'a pas la dimension dont Arnold.jack et moi, nous parlons.

Il s'agit aussi de tous ceux qui n'ont - ou pensent n'avoir - aucune appétence pour la sexualité parce qu'au fond d'eux même ils craignent les relations physiques.
La nature humaine met alors en œuvre ce que j'appellerai un principe de compensation qui permet à l'individu d'éprouver des plaisirs de type "jouissifs" extrèmes à partir de stimuli intellectuels.
Ah le plaisir de nature orgasmique éprouvé paraît-il par André Wells en arrivant à résoudre en 1998 le grand théorème de Fermat qui résistait aux mathématiciens depuis 1641.

pascale a écrit:
C'est bien connu, la routine tue l'amour.
Sauf que l'amour routinier, ça n'existe pas dans une relation d'amour profond, puisque tout participe à le faire vivre.

Tout vous rend "fou" de l'autre. Son geste familier, celui qui le caractérise, qui vous attendrit. Sa voix, son sourire, son pas, son défaut, son odeur, sa manière de vieillir. L'égarement de vos pensées dans votre vécu. Sa pudeur et son impudeur.

Quelquefois même, vous pensez qu'il vous faudrait prendre le dernier train avant lui, pour ne pas vivre son absence tout en sachant que tout ce que vous garderez continuera de vous nourrir, parce que l'amour ne meurt pas.

Du moins cet amour-là, qui n'a rien à voir avec les cadres qu'on veut bien nous en présenter et qui faussent l'image que nous en avons.
Sans compter sur l'éducation!

Description admirable de justesse et de vécu à laquelle je souscrit entièrement. cheers

_________________
La démocratie s’arrête là où commence la raison d’État. Charles PASQUA.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jeanmarie.robert.free.fr
abuzin
******


Nombre de messages : 768
Age : 61
Localisation : Rhode-Saint-Genèse
Date d'inscription : 30/03/2006

MessageSujet: Re: Partie d'inventaire.   Sam 15 Avr 2006 - 0:34

Hé, n'allez pas déduire que je n'aime pas ça Very Happy

J'adore ça et je suis le premier à aller au combat, seulement je dis que cela me laisse sur ma faim. Ce modèle de communication n'est qu'un miroir aux alouettes où précisément on ne voit que soi-même, là où j'aurais voulu voir autre chose que ce grand imbécile et son sourire niais et aux anges Very Happy

abuzin

PS : et puisque je dois être aussi un collaborateur à ce débat, voici même un lien en rapport avec ce sujet :

Pourquoi est-ce que l'apprentissage de la sexualité passe par la pornographie?

Et le débat en audio le plus superbe étant d'entendre ce débat avec ce merveilleux accent canadien.

Pornographie, beurk, cacaprout Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://la-belle-rencontre.winnerbb.net/
arnold.jack
*****


Nombre de messages : 380
Localisation : centre France
Date d'inscription : 01/04/2006

MessageSujet: Re: Partie d'inventaire.   Sam 15 Avr 2006 - 15:22

Pascale j'ai aimé ton post sur l'amour et le sexe du 14 Avril 18 H 52. Très émouvant, très sainement " nourrissant ".


Dans un post précédent Pascale écrivait :

"" Pour l'idée de la vasectomie, cela peut poser un problème psychologique.
Tout dépend des conditions, bien entendu, du contexte...Mais l'idée que l'homme soit privé du don de la vie est un sentiment étrange.
Autrement dit, savoir que la semence est comme vidée de sa force génératrice pose le problème d'un manque.

Je n'arrive pas très bien à le formuler. ""



C'est du futurisme improbable !!! Cependant :

L'idée d'être rendu stérile a sûrement un aspect négatif : un pouvoir perdu ! Un peu comme un fusil sans cartouches, mais quelle importance, pour qui ne veut plus utiliser de munitions !

Que le sperme soit inutilisable est une idée forcément admise par tous les abstinents, tous les onanistes, tous les chastes, de voeux ou d'obligation. Quiconque met un préservatif désamorce la culasse de son fusil, neutralise ses munitions, il faut s'y faire !

J'emploie cette image de fusil, à souhait, car le sexe masculin est assez souvent fantasmé comme un engin de tir : de pistolet. Il y a la forme du pistolet et l'usage du tir. Tirer un coup, en l'air pour marquer un succès et affirmer sa puissance. Les militaires le font souvent. Les coureurs automobiles et autres bateliers secouent une bouteille de champagne, projetant le bouchon pour asperger autour d'eux : souvenir du goupillon que manie le curé pour asperger les fidèles d'eau bénite. Ah, le phallus éjaculateur !!!

Pourtant le yoga tantrique conseille de jouer de son pistolet sans jamais en tirer. Il semble que le mot viril ait une racine sanscrite qu'on retrouve dans virya : adepte du tantrisme, et dans verrat : mâle porcin dont les paysans savent qu'il pratique l'acte sexuel pendant plusieurs heures, sa femelle ne protestant pas !!! Le yoga tantrique demande qu'en cas d'échec de retenue, l'homme sache ré-aspirer dans sa vessie les produits de " l'explosion ", afin de garder pour soi l'énergie qu'ils sont sensés contenir. Le symbole du sperme porteur de vie qu'on garde pour combattre sa propre déchéance en espérant allonger sa vie, est-ce là aussi un symbole pour la continence des religieux ? voire pour les ovules des religieuses qui parviennent à stopper l'ovulation et ses effets externes périodiques !

Beaucoup de civilisations, et pas celles de la circoncision, ont, lors d'initiation des jeunes, attaché une souffrance au sexe, en même temps qu'on en faisait le symbole de la force mâle. Des initiations féminines ont parfois ( scarifications, infibulations, excisions ) respecté la même règle pour les femmes. Fallait-il souligner auprès des jeunes que la sexualité des adultes pouvait être la meilleure et la pire des choses pour la collectivité ?

Peut-être que ces idées ont circulé dans ma tête lorsque la solution de vasectomie y est apparue.

Plutôt que l'idée simple du tir au pistolet, faut-il placer dans le sexe l'idée de l'émetteur de programmes génétiques. Dans le cas " du rêveur missionné ", avant la vasectomie, les gènes de chaque mâle sont mis en réserve.

En outre je crois que, maintenant, on peut introduire une valve réversible, de l'extérieur, pour pratiquer la vasectomie.

Je précise que la vasectomie permet une éjaculation interne qui ne supprime en rien, pour l'homme, le plaisir éjaculateur ( les femmes qui disent percevoir l'effet du tir me semblent très imaginatives ! ). Beaucoup d'anciens qui font rectifier les tuyauteries de leur prostate sont des vasectomisés.

Le problème est donc bien psychologique comme tu le pressens, Pascale.

Pour le sexe, comme pour beaucoup d'autres aspects de la vie des hommes, c'est le cerveau qu'il faut programmer d'abord.

Qu'en sera-t-il quand arrivera l'heure du clonage, combiné aux utérus artificiels, ainsi que l'imaginent certains savants ? Mais n'allons pas trop loin dans la " déshumanisation " selon les uns et l'" humanisation " selon d'autres!

D'autre part, je souhaite que mes propos ne choquent la pudeur de personne, je ne voudrais en rien passer pour un pornographe : )

_________________
amour bien-être lucidité
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pascale
******


Nombre de messages : 679
Localisation : annecy
Date d'inscription : 30/03/2006

MessageSujet: Re: Partie d'inventaire.   Sam 15 Avr 2006 - 17:33

Arnold.jack,

Je comprends très bien ce que tu dis sur l'hypothèse de la vasectomie comme solution.
Dans la perspective de ne plus vouloir engendrer. Cela suppose que les 2 partenaires sont d'accord sur ce choix.
Il faut aussi que la médecine accepte, s'il n'y a pas de raison médicale, car elle n'autorise pas forcément la ligature des trompes et la vasectomie pour des sujets encore en âge de procréer.
Et son argument n'est pas idiot: "Etes-vous sûrs que vous ne changerez pas d'avis?"

J'ai le sentiment que la procréation est toujours inconsciemment présente dans la relation sexuelle.
Peut-être parce que l'acte sexuel est non seulement ré-créatif, mais créatif et surtout créateur!

C'est seulement une hypothèse Rolling Eyes

Donc, lorsque l'esprit sait que le sperme n'a plus la possibilité de créer, il est déstabilisé.
Un peu comme au moment de la ménaupose, la femme se sachant désormais "inutile" vit sa transformation comme une amputation.

C'est peut-être aussi le cas des femmes et hommes stériles.

L'acceptation de la "nullité" créatrice demande une préparation et un cheminement.
Le yoga tantrique est d'ailleurs un enseignement qui est très progressif.

_________________
Etre homme, c'est précisément être responsable
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
arnold.jack
*****


Nombre de messages : 380
Localisation : centre France
Date d'inscription : 01/04/2006

MessageSujet: Re: Partie d'inventaire.   Lun 17 Avr 2006 - 9:47

Pascale écrit :

Citation :
" Je comprends très bien ce que tu dis sur l'hypothèse de la vasectomie comme solution.
Dans la perspective de ne plus vouloir engendrer. Cela suppose que les 2 partenaires sont d'accord sur ce choix.

Il faut aussi que la médecine accepte, s'il n'y a pas de raison médicale "

C'est bien là que " le rêveur missionné " est en pleine utopie.

Dans cette " utopie " il n'y a pas de couples. Les jeunes femmes sont enceintes pour accomplir un devoir de procréation. Leur choix de la semence est limité puisque la banque de sperme limite l'utilisation d'un sperme donné selon le nombre prévu par les nécessités d'équilibre de population. La vasectomie - qui ne concerne que les jeunes hommes - n'est donc pas un choix ( pas plus que la circoncision en pays musulman ou autres excisions ). Le système oblige cette voie procréatrice, il ne prévoit pas la stérilisation des femmes. L'utilisation des utérus artificiels n'est pas prévue dans cette utopie, bientôt dépassée donc.

Bien sûr la réalité est autre. En France la vasectomie n'est pas autorisée hors nécessité médicale. Cependant dans les cas légaux, la stérilité peut être contournée par la mise en réserve du sperme. Lors de certains cancers, dont l'opération a ces conséquences, cette solution est acceptée.

Pascale écrit encore :

Citation :
" Donc, lorsque l'esprit sait que le sperme n'a plus la possibilité de créer, il est déstabilisé.
Un peu comme au moment de la ménopause, la femme se sachant désormais "inutile" vit sa transformation comme une amputation. "

Il n'est pas toujours vrai que la ménopause est vécue comme une amputation. Cela varie selon les femmes. Certaines voient au contraire l'évènement comme la suppression d'une barrière à la sexualité libre. Les difficultés viennent plutôt des phénomènes physiques liés aux modifications hormonales ( qu'on peut diminuer, sauf risque de cancers ).

Beaucoup de femmes " vertes encore " placent un stérilet et ne souffrent nullement, psychiquement, de cette barrière. Pour ce qui est des hommes, hors protection des MST, s'ils veulent la certitude de non-procréation, il leur faut être " couverts ", donc stériles. Si la barrière leur paraît désagréable, ce n'est pas pour l'aspect stérilisateur de la chose. Sans compter que pour hommes et femmes le nombre de rapports sexuels à visée procréatrice est très limité.

C'est le rapport sexuel stérile qui est dominant dans la vie quotidienne. Le sexe est bien majoritairement un organe récréatif et exceptionnellement reproducteur.

Le malheur n'est pas qu'un projet procréateur s'adjoigne un projet récréatif, au contraire. Ce qui est dramatique - et fait le malheur de l'humanité - c'est que des projets qui devraient rester récréatifs deviennent des entreprises procréatrices non désirées.

Cette utopie de " le rêveur missionné " ne peut évidemment pas être un modèle pour notre époque ( et pas que pour des raisons intelligentes ), elle devrait quand même susciter une réflexion qui dépasse les dogmes élaborés il y a des siècles, notamment dans un temps où des groupes humains risquaient fréquemment de disparaître par manque d'humains.

Notre époque pourrait devoir la disparition d'une bonne part de l'humanité au nombre excessif d'humains.

Oui au sexe joyeux et relationnel, maîtrisons le sexe procréateur, évitons les rapports sexuels porteurs de mort infectieuse ou de graves désordres sociaux et économiques.

Mais tout cela est discutable et chacun choisira sa voie.

Pour la vasectomie, que les volontaires aillent dans une banque de sperme puis dans une clinique indienne. Quoi que je parle un peu sans savoir, ma propre vasectomie étant consécutive à l'âge de ma prostate ; mais j'assure que je ne suis pas frustré par ce disfonctionnement relatif de l'objet de ma virilité, il conserve l'essentiel de son pouvoir de réjouir.

Et puis bientôt, soit par ponction séminale, soit par techniques proches de celles du clonage, il sera toujours possible d'utiliser les éléments constructifs contenus dans les gènes. ( Ce qui est totalement inutile pour ce qui me concerne )

La vie me paraît belle, à jouer librement, sans engager la vie d'autrui dans ce qui fait une des joies de la quête relationnelle.

Qu'en est-il pour chacun de vous ? Si le sujet ne vous est ni étranger ni tabou.

_________________
amour bien-être lucidité
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pascale
******


Nombre de messages : 679
Localisation : annecy
Date d'inscription : 30/03/2006

MessageSujet: Re: Partie d'inventaire.   Mar 18 Avr 2006 - 7:29

Arnold.jack,

Pardonne-moi, je ne saisis pas toujours ce qui appartient au domaine de l'utopie et à celui de la réalité dans ton discours.
Mais cela n'a rien d'étonnant car il y a tellement de moments où la réalité dépasse la fiction!

Dans le domaine de la procréation choisie, nous sommes au début de nos surprises!
Demain, l'enfant pourra entièrement se développer dans un utérus artificiel. confused

Il est bien évident que toutes les femmes ménauposées ne vivent pas cette étape comme j'en ai parlé plus haut, mais on ne peut nier que c'est une réalité.
Parfois, l'on croit en toute légitimité qu'on sera libéré par un événement. On oublie simplement que la partie inconsciente de notre psychisme nous réserve certaines surprises auxquelles on ne s'attendait pas...

La naissance, par exemple.
On peut désirer un enfant avec beaucoup d'impatience et vivre une grossesse, dite parfaite et...vivre un enfer après l'accouchement pour X raisons...

Mon propos n'est pas de faire l'apologie d'une sexualité procréatrice aux dépens d'une sexualité récréative.
Quand je parle de cette barrière que constituerait la vasectomie dans la sexualité, je ne veux pas dire qu'elle est insurmontable et il va de soi que les hommes ne sont pas traumatisés par leurs relations sexuelles non procréatrices quand elles sont voulues, notamment dans le cas où ils mettent des préservatifs!

Ceci-dit, il y a une grosse différence entre placer un préservatif pour éviter de faire un enfant et aboutir au même résultat en n'ayant plus aucune retenue à avoir puisque l'intervention chirurgicale a tout réglé.

Dans le 2ème cas, l'irréversibilité du procédé demande, je le répète une certaine préparation.

Tout s'apprend! Very Happy

Je pense vraiment que ce domaine est si intime et si chargé de spiritualité que les vérités sont loin d'être évidentes.

Pour répondre à ta dernière question.

Oui, jouer librement, en toute connaissance de cause, avec toute la loyauté nécessaire et je ne partage pas du tout le point de vue d'Abuzin qui dit:
Citation :

...ce modèle de communication n'est qu'un miroir aux alouettes où précisément on ne voit que soi-même, là où j'aurais voulu voir autre chose que ce grand imbécile et son sourire niais et aux anges

Mais c'est peut-être une différence homme-femme?

Non seulement ce n'est pas le miroir aux alouettes, mais c'est tout à fait le contraire. C'est l'instant précis où la vérité nous trancende, où la nudité de l'âme nous révèle.
La communication est parfaite, totale puisqu'elle rend visible l'autre autant que soi.

Voilà bien ce moment où se perdre revient à se trouver sunny

_________________
Etre homme, c'est précisément être responsable
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
arnold.jack
*****


Nombre de messages : 380
Localisation : centre France
Date d'inscription : 01/04/2006

MessageSujet: Re: Partie d'inventaire.   Mar 18 Avr 2006 - 16:08

Pascale écrit :

Citation :
" Pardonne-moi, je ne saisis pas toujours ce qui appartient au domaine de l'utopie et à celui de la réalité dans ton discours.
Mais cela n'a rien d'étonnant car il y a tellement de moments où la réalité dépasse la fiction! "

--- Je comprends que cela soit difficile en effet : cela tient peut-être à mon caractère : je suis assez " stratosphérique " et hors les contraintes du jardinage et de la vie quotidienne, je suis assez décalé de la réalité.

Bien sûr " le rêveur missionné " est une fiction, mais je l'ai placée dans la page futurible, ce qui signifierait que dans le futur ce monde soit réalisable.

Pour ajouter à la confusion le nom du personnage principal de l'histoire est mon pseudo et la fin de l'histoire renvoie au site, ce qui est une façon de faire une boucle entre réel et utopie.

Le but est de faire réfléchir en imaginant la fiction mais aussi de faire discuter, par une méthode qui se voudrait applicable à tout moment et partout, ce qui ramènerait au réel.

Mais pour revenir au sujet, je souligne un aspect de la sexualité - utopique ou réelle ? - où le sexe récréatif serait un moyen d'établir des relations avec autrui.

La procréation serait exclue dans cette éventualité pas clairement définie ( bien des choses sont floues " dans cette nouvelle ) On pourrait imaginer que les partenaires sont multiples et que les combinaisons ne s'arrêtent pas aux couples hétéro sexuels.

Ce qui donnerait une société libertine dans la relation et rigoureuse dans la procréation et l'éducation. Cela est bien déjà dans la réalité, du moins quant au libertinage, en certains lieux " spécialisés ".

Pour ramener au sujet je reprendrai une phrase de Pascale :

Citation :
" La communication est parfaite, totale puisqu'elle rend visible l'autre autant que soi.
Voilà bien ce moment où se perdre revient à se trouver "

Un mot clé de mon site est " relationnisme " ce qui porte à contacts, réseaux, communication, etc.

Dans l'instant où la sexualité relationnelle se vit à au moins deux, il est bien vrai que l'on se rend visible et qu'on se découvre.

On se découvre jusqu'à la nudité, jusqu'à l'accueil intime, jusqu'à l'interpénétration et relative inclusion momentanée. Il s'agit de donner et de recevoir du plaisir par une gestuelle qui demande de l'empathie, qui demande d'être à l'écoute de l'autre et d'y adapter ses gestes.

Relationnisme, contact, connaissance avec l'autre. Connaissance : naître avec.

Et quand la bible dit qu'après une rencontre deux êtres se sont connus, cela signifie qu'ils ont eu une relation sexuelle.

Voyez-vous cette évolution dans la quête du plaisir sexuel comme un plus civilisateur ou comme une décadence ? Ou autre chose encore ?

Comment voyez-vous, interlocuteurs de la Belle rencontre, une évolution ludique des rapports sexuels. Sinon dans ses formes, du moins dans ses conséquences ?

_________________
amour bien-être lucidité
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
f u c h s i a
Admin


Nombre de messages : 376
Date d'inscription : 01/04/2006

MessageSujet: Re: Partie d'inventaire.   Mar 18 Avr 2006 - 21:39

Pourquoi l'acte procréateur et l'acte ludique ne pourrait-il pas être réalisé avec le (ou la) même partenaire ?

La sexualité est le langage des corps. Pour vouloir cette conversation particulière, je pense qu'il est nécessaire qu'il y ait un minimum de sentiments.

Sinon, le jeu n'en vaut pas la chandelle !

Ce n'est que mon avis de femme et j'ai bien conscience que l'homme a beaucoup plus de facilité à faire l'amour techniquement qu'une femme.

Un homme peut avoir une érection à la simple vue d'une belle femme, alors qu'en règle générale, l'envie ne vient pas à la femme à la seule vue d'un bel homme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
arnold.jack
*****


Nombre de messages : 380
Localisation : centre France
Date d'inscription : 01/04/2006

MessageSujet: Re: Partie d'inventaire.   Mer 19 Avr 2006 - 9:38

Fuschia écrit :

Citation :
" Pourquoi l'acte procréateur et l'acte ludique ne pourrait-il pas être réalisé avec le (ou la) même partenaire ?

La sexualité est le langage des corps. Pour vouloir cette conversation particulière, je pense qu'il est nécessaire qu'il y ait un minimum de sentiments. "

Cela va de soi, c'est aussi la forme autorisée de longue date, par les religions et les lois sociales. Dans mon utopie de " le rêveur missionné " la possibilité de cette relation existe.

Cependant je m'interroge sur la réalité des désirs masculins et féminins quant à une sexualité hors de l'unique couple. Je suis moi-même assez proche de l'ancienne norme et suis trop retiré du siècle pour savoir quelles sont les moeurs actuelles , chez les jeunes, chez les moins jeunes.

Fuschia écrit encore :

Citation :
" Un homme peut avoir une érection à la simple vue d'une belle femme, alors qu'en règle générale, l'envie ne vient pas à la femme à la seule vue d'un bel homme. "

Est-ce la vérité d'aujourd'hui ou un mythe destiné à rassurer les maris ?



De ma vie active, il me semble retenir que rencontrer un partenaire autre que celui autorisé déclenchait jalousie, rupture, divorce avec détermination des torts etc. La société plus mouvante ( mobilité pour le travail, proximité hommes-femmes du collège à l'usine ou au bureau, maîtrise de la fécondité ou protection contre les MST, publicité basée sur le sexe, films offrant des modèles peu orthodoxes, etc., me laissent à penser que bien des occasions sont données à l'aventure sexuelle. Qu'en est-il exactement ?

Les femmes et les hommes ont-ils les mêmes facilités à chercher l'aventure autrement qu'après un attachement sentimental, avec union à la clef ?

Ce que dit la tradition ne me semble pas confirmé par les faits. J'ai encadré beaucoup de stages mixtes pour adultes, j'ai dirigé des colonies de vacances ou de jeunes adultes ( animateurs ) avaient une vie libre. Je n'ai pas vérifié que l'infidélité ( par rapport à un partenaire absent ) fut plus difficile aux femmes qu'aux hommes.

On pourrait dire que la prostitution a comme client des hommes, mais n'est-ce pas parce que pour s'offrir en marchandises, il faut être en creux. S'ouvrir à l'autre est toujours possible alors que la tension virile offre un usage bien limité.

De plus en plus, les femmes vont en spectacles de strip-tease masculin, louent des " accompagnateurs " ou cavaliers danseurs. Sans compter les clubs échangistes dont je vois les petites annonces se multiplier dans la presse.

J'ignore ce que vivent les collégiens et collégiennes qui bénéficient d'éducation sexuelle et disposent de préservatifs, quand ce n'est du logement parental permissif. Mon médecin prétend que la libéralisation des moeurs est telle à ce niveau qu'il y a un désintérêt pour l'activité sexuelle.

Que savez-vous de cette évolution - qui n'interdit pas l'organisation ancienne que loue Fuschia et que je ne contredis pas ? Le sexe loisir vous semble t-il d'avenir et comment imaginez-vous ses conséquences positives ou négatives sur des individus non préparés , sur une société traditionnelle ?

_________________
amour bien-être lucidité
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pascale
******


Nombre de messages : 679
Localisation : annecy
Date d'inscription : 30/03/2006

MessageSujet: Re: Partie d'inventaire.   Jeu 20 Avr 2006 - 14:42

Fuschia a écrit:

Un homme peut avoir une simple érection à la simple vue d'une belle femme, alors qu'en règle générale, l'envie ne vient pas à la femme à la seule vue d'un bel homme

Ce n'est pas sûr!
En règle générale, oui, comme tu le dis, mais en particulier, les femmes, aujourd'hui plus libérées qu'avant peuvent parfaitement ressentir le désir de faire l'amour en voyant un bel homme, surtout si elles focalisent sur certaines parties de sa plastique! Very Happy

En revanche, il n'est pas certain que la relation pourra immédiatement se mettre en ...Oh! j'allais encore avoir un mot malheureux! Et Abuzin de sauter sur l'occasion!...
(CF, sujet sur la vente d'organes humains en chine)

Enfin, je veux dire que la complexité du désir féminin rendra la concrétisation plus longue à aboutir...Et ça reste à démontrer, car l'excitation peut la rendre quasi-immédiate.
La folie d'un moment! Smile

Personnellement, je partage l'interrogation d'Arnold.Jack sur la sexualité.
Nous sommes rassurés par l'idée d'y mettre du sentiment. Le corps ne nous paraît pas négociable, même en dehors de toute morale religieuse, en admettant qu'il soit possible d'y échapper, même inconsciemment!

Je suis en train de lire un ouvrage que je vous recommande si le sujet vous interesse.
Hérissement de poils de bras assuré! Grincement de dents, révolte, mais aussi questionnement dans la contradiction qu'il apporte justement...

Le premier sexe D'Eric Zemmour

Il complète assez bien le vaste sujet auquel nous essayons d'apporter notre modeste contribution.

Dans la perspective utopiste d'Arnold, partons du postulat que la pornographie n'existe pas, que nous savons enfin! nous préserver des MST... Chacun sait ce qu'il fait, marié, non marié, en couple ou pas.

Qu'est-ce qui empêche de concevoir la liberté de relation sexuelle si elle est librement consentie, pratiquée dans le respect de l'autre, sans promesse illusoire, sans mensonge.
Il s'agirait seulement de découverte, de rencontre exactement de la même façon que nous sommes réunis ici pour partager le meilleur de nos expériences de vie, de nos connaissances, de nos interrogations.
Pour nous enrichir autant de nos différences que de nos ressemblances.

Paule Salomon, psychologue et spécialiste du couple, écrit, en substance, dans de nombreux ouvrages que la fidélité dans le couple est une source de malentendus qui blesse les uns et les autres alors que l'infidélité peut être vue comme une possibilité de s'augmenter soi-même dans une perspective de partage

Ne serait-ce effectivement pas une solution efficace pour venir à bout d'une pornographie qui n'a plus vocation de distraire l'individu mais de stimuler en lui la violence la plus animale, si toutefois les animaux sont capables de çà??!! confused

Là où les individus se rencontreraient librement pour échanger sainement leurs émotions corporelles, charnelles, en étant libres d'échapper au cadre du couple par consentement mutuel.
Là où la sexualité serait admise comme une expérience si intime et personnelle que personne ne se reconnaîtrait aucun droit d'exclusivité, même dans le couple, la pornographie et tous ses dérivés aurait-elle encore une place?

Vous m'opposerez qu'il y aura toujours des malades!

L'interdit universel a favorisé toutes sortes de commerces de débauche où justement la liberté individuelle n'est plus respectée et l'individu est rabaissé à son niveau le plus vil.
Il a favorisé la permissivité dont nous parlons maintenant et que nous déplorons. La chose défendue prend tout de suite un attrait plus aigu. A force, on a élargi l'étroitesse des cadres pour en faire cette gigantesque panade dans laquelle plus personne ne se retrouve.

Tout semble autorisé, l'interdit n'a plus d'attrait...ce qui ne favorise pas l'éducation sexuelle.
Arnold.jack le souligne en parlant des jeunes qui se désinteressent de la chose.
Mais par ailleurs, le puritanisme de nos grands décideurs veut remettre les interdits au goût du jour, perdu dans ses reflexions très occidentales sur la question...

J'admets qu'une telle conception autorisée, demanderait aussi à repenser la famille, mais ne sommes-nous pas de toutes façons obligés de le faire puisque de plus en plus de familles sont recomposées.

Si demain le sexe est une vraie liberté qui n'entre plus dans aucune obligation, cela signifie que chacun devra admettre l'expérience sexuelle au même titre que toute autre expérience.
On reconnaîtra la relation sexuelle hors union comme quelque chose qui ne sera plus susceptible de briser systématiquement la cellule familiale ni la couple.

On reconnaîtra que l'être humain est multi partenaires.
On voulait croire jusqu'ici que seul l'homme, dans sa nature ancestrale de chasseur et nécessité qui lui est faite de semer partout pour assurer la descendance de l'humanité, était seul concerné par cette réalité, alors que la femme ne savait que préparer le petit nid douillet, rechercher le meilleur partenaire pour "fabriquer" cette descendance.

On reconnaîtrait qu'avec l'évolution du tempérament féminin, ce pourrait être aussi le cas pour celle-ci.

La sexualité s'est embarrassée de la morale religieuse.
La sexualité s'est embarassée de la volonté des hommes à maintenir la femme dans un rôle secondaire, contrôler ses désirs et tout son mystère.
Que personne n'y voit d'attaque personnelle!
La sexualité s'est embarrassée de la peur et de la croyance qu'elle peut et doit être à vocation exclusive (c'est mal dit mais j'me comprends Very Happy )
La sexualité ne s'est pas détachée du sentiment autrement que dans le cadre de la prostitution visible et non visible...

Le sexe a besoin de respirer l'intelligence.
Il est très important dans une vie que le sexe soit bien compris...c'est seulement après qu'on peut parler de son union merveilleuse avec le sentiment pour le meilleur et pour le rire.

_________________
Etre homme, c'est précisément être responsable
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jemrobe
******


Nombre de messages : 1138
Age : 75
Localisation : Bourgogne
Date d'inscription : 03/04/2006

MessageSujet: Re: Partie d'inventaire.   Jeu 20 Avr 2006 - 19:21

Si je ne participe pas avec assiduité à cette enfilade (sans jeu de mot) bien que je lise attentivement les débats passionnés que le thème suscite, c’est parce qu’en réalité je me contente d’observer d’un œil amusé un débat qui me semble concerner une autre planète que celle sur laquelle je vis personnellement ma vie de couple.

Au début, mon œil amusé était quand même un peu inquiet de voir que les pratiques ou les dispositions semblant nécessaires à l’atteinte du nirvana en matière de sexualité impliquaient l’obligation de s’affranchir des contraintes artificielles hors d’âge et ringardes imposées par tout ce que l’humanité compte d’autorités civiles, religieuses et bien pensantes.

Fort heureusement, notre chercheur le plus avancé dans l’étude scientifique de ce qui finira bien par être un futur radieux pour l’humanité enfin débarrassée de ses préjugés préhistoriques en la matière a bien voulu délivrer une autorisation (temporaire ?) de continuer la désuète pratique sexuelle en couple permanent et fidèle à Fuschia qui s’en était inquiétée explicitement et à Jemrobe qui ne disait mot mais n’en pensait pas moins.

En la matière mon idéal serait simplement de suivre l’exemple de mes parents qui se sont éteints quasiment ensemble, à quatre jours d’intervalle, après soixante-neuf ans de mariage et d’Amour quotidien complice.

(Plus que vingt-huit ans et j’ai tout bon !pig)

_________________
La démocratie s’arrête là où commence la raison d’État. Charles PASQUA.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jeanmarie.robert.free.fr
f u c h s i a
Admin


Nombre de messages : 376
Date d'inscription : 01/04/2006

MessageSujet: Re: Partie d'inventaire.   Jeu 20 Avr 2006 - 21:31

Bonsoir,

Je ne dis pas qu'il est impossible d'aimer d'autres personnes que son conjoint, puisque l'amour est avant tout une affaire de coeur. Et celui-ci nous joue parfois de bien drôles de tours.

Je donnais mon avis sur le sexe sans sentiments, ou le fait d'avoir plusieurs partenaires, l'un pour la procréation, les autres à titre ludique, si on peut appeler un jeu un acte qui n'implique pas seulement les corps, mais met en jeu également la sensibilité, l'intelligence, l'âme ou la conscience.

J'ai du mal à imaginer les conversations d'alcôve d'un jeune couple en âge d'avoir des enfants, se demandant si tel soir ce sera le sexe procréateur ou le sexe ludique, et avec quel partenaire. Il y aurait intérêt à ce qu'ils soient sur la même longueur d'ondes. Je crois que, dans la vie à deux, il y a suffisamment de causes de litiges pour ne pas y ajouter celui-ci.

Et le risque de ne pas savoir qui est vraiment le père de l'enfant à naître parmi tous les partenaires. Un accident de préservatif est toujours possible.

Et il y a toujours le risque aussi que des sentiments naissent à l'égard d'un partenaire qui était censé n'être qu'à titre ludique.

Et aussi, celui qui est le partenaire "procréateur" d'une femme peut être le partenaire "ludique" d'une autre femme, ou de plusieurs.

Une vraie partouze ......

Je ne crois pas que ce soit pour demain.

Une femme est en principe entière et exclusive et, sauf à accepter de devoir maîtriser ses sentiments, souhaitera la réciprocité chez son partenaire. Si celui-ci veut batifoler ailleurs, c'est à ses risques et périls. Il ne faudra pas qu'il vienne se plaindre ensuite du manque de passion de sa partenaire. Car il est bien évident que l'amour de la femme pour cet homme en sera bien amoindri, voire complètement détruit.

A bientôt

sunny
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
abuzin
******


Nombre de messages : 768
Age : 61
Localisation : Rhode-Saint-Genèse
Date d'inscription : 30/03/2006

MessageSujet: Re: Partie d'inventaire.   Jeu 20 Avr 2006 - 22:31

Forme, fond, motivation, à nouveau.

Cette course à la jouissance dans la recherche d'un épanouissement maximum jamais atteint, par définition, me fait penser à ces courses de 100m courus par des athlètes qui ne ressemblent plus à des hommes et qui essayent de grappiller le centième de seconde qui fera d'eux un dieu du stade ... provisoire.

En toute chose, il faut suivre le chemin de la modération si on ne veut pas finir sa vie de couple au bord de la route. Comme jerombe et Fuchsia, je préfère "un tien, que deux, tu ne l'auras pas".

Cette histoire de sexe est ce qui m'a toujours empêché de terminer ton roman. Je te l'avais déjà confié avant ce forum. Je ne crois pas que le bien-être de l'humanité passe par une sexualité faussement libérée. Cela n'enlève rien à l'estime que je te porte, et à la qualité de tes contributions dans ce forum.

abuzin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://la-belle-rencontre.winnerbb.net/
pascale
******


Nombre de messages : 679
Localisation : annecy
Date d'inscription : 30/03/2006

MessageSujet: Re: Partie d'inventaire.   Ven 21 Avr 2006 - 7:06

Je suis heureuse de voir que mon post (un peu permissif? Very Happy ) a suscité de l'intérêt sur le forum.

Dans ce petit exposé, je me suis abstenue volontairement de parler de mon idéal personnel en la matière parce que j'ai pensé que cela m'empêcherait de rentrer sincèrement dans une autre conception, une autre vision de ce sujet brûlant.

Je vous rassure tout de suite, je n'ai pas l'audace de ce que j'ai écrit, comme je l'ai exprimé sur un autre forum, je suis indécrotablement fidèle et amoureuse, mais pour être honnête, totalement honnête, je ne suis pas certaine d'échapper aux pressions sociales et éducatives.

Si j'ai pu évoluer par rapport à ces dernières en me construisant moi-même d'autres bases de relations amoureuses qui me rendent parfaitement épanouie, je ne peux nier qu'elles m'ont, avant cela, empêchée de comprendre la complexité de l'axe corps-sentiments.

Lorsqu'on est porté par la culpabilité dans la réalisation des choses, on ne vit pas sa vraie vie.

Je suis ravie et émue pour tes parents, Jemrobe, mais tu admettras qu'il s'agit d'une autre époque.
Ta propre génération est déja marquée par des séparations qui arrivent quasiment au moment de la retraite.

Il y a eu le temps de la fidélité astreinte, dans laquelle certains ont trouvé aussi celle du désir partagé et il y a aujourd'hui tout son contraire. C'est à dire, de la fidélité dans le désir où, accessoirement, certains trouvent la fidélité du couple.
Ma génération est touchée par cette évolution, bien qu'encore fortement marquée par l'ancien modèle.

Où se trouve le juste milieu?
Est-il possible aujourd'hui d'avoir une longévité amoureuse à 2 (sans partouze, comme dirait Fuschia! Very Happy ).
Je fais allusion à cela car lorsque je parlais de liberté sexuelle acceptée, je ne voulais pas dire non plus que tout le monde couchait avec tout le monde! Very Happy

Sinon, j'aurais directement employé le terme.
C'est plus subtil que çà, parce qu'à moins d'être ce qu'on appelle "un chaud lapin, masculin ou féminin", hommes et femmes ne se jettent pas non plus sur la ou le première venu.

Et, contrairement aux idées recues, je pense vraiment qu'il n'est pas si simple de séparer le sentiment du sexe.

Tu le dis Fuschia, "on n'est pas à l'abri de laisser naître un sentiment".

Mais en disant cela, on ne mesure pas forcément la profondeur du mot, son impact.
Il possède lui-aussi plusieurs degrés. L'aspect ludique ne signifie pas qu'on veuille jouer avec plusieurs personnes à la fois.
Cela ne signifie pas non plus qu'on joue successivement de façon régulière.

Cela signifie qu'un jour, on est véritablement attiré par une autre personne et qu'on décide de porter cette relation le temps qu'il faudra pour elle et soi. Que le partenaire officiel le sait et l'accepte parce qu'il sait que c'est important.

Il faut comprendre que cette vision des choses n'entame pas la fidélité profonde des êtres dans leurs relations, elle casse le contrat d'exclusivité.
C'est une autre chose.

Ce n'est pas une course à la jouissance, Abuzin.
Quand on veut jouir, on passe par des techniques plus rapides.
Je pense que c'est un véritable désir de rencontre.

Est-ce que cela ferait de nos enfants des êtres dépravés si on leur communiquait le goût de la découverte et de la rencontre aussi à travers le corps, le sexe.?
Est-ce que ça les priverait de la capacité d'aimer qu'ils soient libres et libérés face à ce tabou?

Est-ce que ce n'est pas le contraire qui risque d'arriver?

Je m'explique:
Le poids de l'exigence du sentiment (dans son degré le plus fort ) dans la relation, "fidélise" immédiatement l'individu.
Dans l'absolu, la rencontre avec autrui n'est plus possible et l'on voit des jeunes gens s'embarquer dans des relations qu'ils croient pour durer, alors qu'ils sont à l'aube de leur vie.
Ils finissent par s'installer dans une routine, pour le coup! et ils confondent le verbe aimer avec le verbe AIMER.
Ils essaient de se dégourdir avec quelques films audacieux, un ou deux livres volés dans la table de nuit de papa-maman, un copain leur explique que la grenouille est la position idéale pour atteindre le nirvana, mais ils n'ont toujours pas appris à conjuguer le fameux verbe parce qu'ils ignorent les bons ingrédients.

Ce sont des observations tirées de la vraie vie des jeunes avec lesquels je parle beaucoup.

Certaines jeunes filles d'à peine 18 ans me parlent déja de programmer leur mariage! affraid
Et dans l'intimité, elle vous demande de leur ramener la pillule du lendemain!!!!! What a Face

Selon moi, plus le corps sera libéré et éduqué, plus le sentiment aura des chances d'atteindre de la profondeur et de la vérité.
Plus on saura faire la différence entre le plaisir ludique et le plaisir amoureux, aimant, transcendant.

_________________
Etre homme, c'est précisément être responsable
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
arnold.jack
*****


Nombre de messages : 380
Localisation : centre France
Date d'inscription : 01/04/2006

MessageSujet: Re: Partie d'inventaire.   Ven 21 Avr 2006 - 16:46

Jemrobe écrit :

Citation :
" Fort heureusement, notre chercheur le plus avancé dans l’étude scientifique de ce qui finira bien par être un futur radieux pour l’humanité enfin débarrassée de ses préjugés préhistoriques en la matière a bien voulu délivrer une autorisation (temporaire ?) de continuer la désuète pratique sexuelle en couple permanent et fidèle à Fuschia "

J'apprécie l'ironie ou l'humour un peu affûté contenu dans ce propos. Je pense néanmoins qu'il y a un décalage entre les intentions prêtées, l'avancée scientifique, etc. et la réalité d'un pépère traditionnel qui tout en cultivant son jardin, aimerait provoquer une discussion sur un monde meilleur possible. Monde qui nécessite bien des aménagements afin pour que soit résolue une foule de problèmes inhérents à l'avancée d'une société qui laisse beaucoup de personnes dans la souffrance d'une inadaptation.

Peut-être par souci de concision ( et pourtant je suis prolixe ) je donne l'impression d'être péremptoire et assuré. Il n'en est rien et être contredit par une argumentation me réjouit.

Abuzin écrit :

Citation :
" En toute chose, il faut suivre le chemin de la modération si on ne veut pas finir sa vie de couple au bord de la route. Comme jemrobe et Fuchsia, je préfère "un tien, que deux, tu ne l'auras pas.

Cette histoire de sexe est ce qui m'a toujours empêché de terminer ton roman. Je te l'avais déjà confié avant ce forum. Je ne crois pas que le bien-être de l'humanité passe par une sexualité faussement libérée "


Là encore je ne fais pas exception quant à ma façon de vivre : devenu veuf je n'ai pas pratiqué de sexualité libérée, ou du moins un court essai ne m'a pas comblé. Depuis quelques années je vis avec une compagne, une seule.

Mais le monde que j'imagine ne m'est pas destiné.

Je vois l'avancée de changements profonds, j'en vois les avantages et les nombreux inconvénients. Je ne peux rester indifférent, même si je sais que ce que je peux dire ou faire ne changera rien. Je serai mort quand bien même ce que j'imagine surviendra ou non.

Ma seule façon de vivre un peu le changement est d'en débattre.

Abuzin, que tu n'aies pas pu lire en entier la nouvelle que j'ai commise ne m'étonne nullement. Même si le fil, qui semble mener la vie du personnage central est un peu marqué par la sexualité de procréation, de plaisir, de relations, il est vrai également que je ne suis pas écrivain et que la lecture de l'ensemble peut être difficile : )

Je suis bien content de cet inventaire et heureux que Pascale ait proposé ce débat.

Pas de monde meilleur sans améliorer les rapports hommes femmes, sans améliorer les conditions de mise au monde et l'éducation des enfants. Et tout cela touche à la sexualité !

Bien sûr, ( et mea culpa pour mon incapacité à écrire de façon séduisante) il est bien d'autres thèmes que les années futures devront aborder. La nouvelle du " le rêveur missionné " n'a peut-être pas su les dégager clairement. Je prendrai le temps de compléter l'inventaire en relisant moi-même et en extrayant les points concernant travail salaire pour tous, loisirs constructifs, économie des ressources de la planète, etc.

Et pour ce qui est du thème présent, peut-être pourrions nous aborder, maintenant, moins la pratique du sexe que " les sentiments " qui y sont " naturellement " attachés. Par exemple : ce besoin d'exclusivité que Fuschia attribue aux femmes, ce besoin qui pousse parfois au crime que certaines sociétés excusent au qualificatif de "crime passionnel "

En un mot ce besoin de posséder, de s'attacher autrui, quitte à promettre soi-même un attachement exclusif par contrat, est-il si noble qu'on le dit ?

D'où viennent nos conceptions en la matière ? La société qui les a vu naître est-elle toujours d'actualité ? Si les humains, dispersés par les aléas économiques ou les tentations sensuelles du moment, vont au désordre, faut-il serrer la vis ? En tous cas il me semble qu'il faudrait au moins légiférer pour que les enfants ( souvent confiés à leur mère chômeuse et démunie ) soient pris en compte dans ces changements sociaux.

Cette jalousie si bien considérée quand ce sont des hommes qui s'en font argument, ces crimes d'honneur contre les femmes, cet assujettissement sexuel des femmes qui n'ont pas l'indépendance économique et font semblant d'aimer leur protecteur... ne peut-on pas rêver mieux ?
Le sujet n'est pas épuisé, n'est-ce pas ! L'amour, toujours. Un des enjeux du monde !

_________________
amour bien-être lucidité
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
f u c h s i a
Admin


Nombre de messages : 376
Date d'inscription : 01/04/2006

MessageSujet: Re: Partie d'inventaire.   Ven 21 Avr 2006 - 21:19

Bonsoir à tous,

Quand je parle d'exclusivité, c'est une exclusivité naturelle, pas une exclusivité forcée, ratifiée par un contrat.
Je parle d'une exclusivité qui se fait naturellement lorsque les sentiments sont réciproques.
Il est hors de question pour moi de parler de crimes passionnels. Car, si l'exclusivité n'est plus là, si l'un des partenaires veut retrouver une certaine liberté, c'est que l'amour a disparu, et surtout, c'est qu'il se considérait quelque peu prisonnier.

Pour moi le crime passionnel ne relève pas d'une blessure du coeur. Il est surtout la conséquence d'une grande blessure d'amour-propre, d'orgueil.

Donc rien à voir avec l'amour, où l'amour-propre et l'orgueil n'ont pas leur place.

D'ailleurs, la meilleure preuve d'amour serait que le partenaire qui aime encore laisse partir celui qui n'aime plus.

A bientôt

Pour Arnold-Jack, je n'ai pas lu entièrement ta nouvelle, mais effectivement, d'après ce que j'en conclus d'après vos dires, la présence du sexe a peut-être occulté tous les autres thèmes intéressants : salaires, loisirs, écologie.

Et puis rien n'est utopique : dès lors que l'imagination est capable de formuler des idées, c'est qu'elles sont du domaine du possible, de l'imaginable.

Regarde ! qui aurait dit il y a 100 ans, qu'on pourrait un jour communiquer ainsi, presque qu'en temps réel, entre individus séparés de centaines de kilomètres, voire des milliers de km.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pascale
******


Nombre de messages : 679
Localisation : annecy
Date d'inscription : 30/03/2006

MessageSujet: Re: Partie d'inventaire.   Ven 21 Avr 2006 - 21:27

C'est plutôt toi qu'il faut remercier Arnold.Jack, car tu fais preuve d'une grande humilité et d'une véritable écoute...

Je suis partante pour continuer le débat comme tu le proposes, mais je vais d'abord chercher quelques réponses dans les bras de Morphée Sleep

_________________
Etre homme, c'est précisément être responsable
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pascale
******


Nombre de messages : 679
Localisation : annecy
Date d'inscription : 30/03/2006

MessageSujet: Re: Partie d'inventaire.   Ven 21 Avr 2006 - 21:33

f u c h s i a a écrit:
Bonsoir à tous,

Quand je parle d'exclusivité, c'est une exclusivité naturelle, pas une exclusivité forcée, ratifiée par un contrat.
Je parle d'une exclusivité qui se fait naturellement lorsque les sentiments sont réciproques.
Il est hors de question pour moi de parler de crimes passionnels. Car, si l'exclusivité n'est plus là, si l'un des partenaires veut retrouver une certaine liberté, c'est que l'amour a disparu, et surtout, c'est qu'il se considérait quelque peu prisonnier.

Pour moi le crime passionnel ne relève pas d'une blessure du coeur. Il est surtout la conséquence d'une grande blessure d'amour-propre, d'orgueil.

Donc rien à voir avec l'amour, où l'amour-propre et l'orgueil n'ont pas leur place.

D'ailleurs, la meilleure preuve d'amour serait que le partenaire qui aime encore laisse partir celui qui n'aime plus.

A bientôt

Pour Arnold-Jack, je n'ai pas lu entièrement ta nouvelle, mais effectivement, d'après ce que j'en conclus d'après vos dires, la présence du sexe a peut-être occulté tous les autres thèmes intéressants : salaires, loisirs, écologie.

Et puis rien n'est utopique : dès lors que l'imagination est capable de formuler des idées, c'est qu'elles sont du domaine du possible, de l'imaginable.

Regarde ! qui aurait dit il y a 100 ans, qu'on pourrait un jour communiquer ainsi, presque qu'en temps réel, entre individus séparés de centaines de kilomètres, voire des milliers de km.

Oui oui oui, Fuschia,

L'amour propre est le grand ennemi de l'amour et totalement d'accord avec toi sur le fait qu'une des plus belles preuves d'amour qu'on puisse donner à l'autre est bien de le laisser partir alors qu'on l'aime encore!

Bonne soirée sunny

_________________
Etre homme, c'est précisément être responsable
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Partie d'inventaire.   Aujourd'hui à 7:39

Revenir en haut Aller en bas
 
Partie d'inventaire.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Inventaire national du patrimoine naturel
» Les volcans d'Indonésie (une petite partie)
» Il faut que la Bible fasse partie de la vie des fidèles.... a affirmé Benoît XVI
» Inventaire local orchidées sauvages
» 1er partie Baudrier porte briquet.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La belle rencontre :: Actualité, Médias et Politique :: Actualité-
Sauter vers: