La belle rencontre

Le contraire d'une rencontre fâcheuse
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Les candidats français face à la religion

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
jemrobe
******
avatar

Nombre de messages : 1138
Age : 76
Localisation : Bourgogne
Date d'inscription : 03/04/2006

MessageSujet: Les candidats français face à la religion   Mer 4 Avr 2007 - 16:06

Dernière de campagne :
Du plus pratiquant à l’anticlérical forcené, les candidats à l’élection présidentielle s’expriment sur la religion dans un dossier à de "La Vie".
Seule Arlette Laguiller a opposé une fin de non-recevoir au questionnaire.

« Tout le monde sait que je suis chrétien et pratiquant. En même temps, je n’obéis pas à l’Église lorsque je vote une loi », déclare François Bayrou qui se voit parfois forcé de faire « le grand écart ».

Olivier Besancenot a fait l’impasse sur toutes les questions à connotation personnelle. Pour le reste, il se démarque en distinguant fortement les institutions religieuses des croyances personnelles qui peuvent aussi bien, à ses yeux, conduire à une « vision conservatrice » qu’à un « engagement progressiste ». « Je me sens plus près d’un croyant engagé dans le soutien aux sans-papiers que d’un athée… adorateur du Dieu profit », souligne-t-il.

« Proche du christiannisme », José Bové se revendique « agnostique ». Il voit dans les Béatitudes un appel à l’engagement, malgré les « persécutions ». Son originalité ? Il croit aussi aux « forces telluriques » sur lesquelles il s’est fondé pour construire sa maison.

Marie-George Buffet est la seule à s’insurger contre la « séparation factice, voire schizophrène » entre le public et le privé en matière religieuse. Son éducation catholique a constitué le « début d’éveil de (sa) conscience aux autres et au monde », même si elle se dit athée. Sa figure biblique favorite : Jésus chassant les marchands du temple.

Jean-Marie Le Pen voit dans les religions un « facteur de stabilité sociale ». En revanche, « les clercs n’ont pas à intervenir dans les luttes électorales », dit celui qui fut la cible de plusieurs figures religieuses françaises par le passé. Il voit dans le récit du procès de Jésus « l’archétype du procès politique visant à l’élimination d’un opposant », au moyen de « faux témoignages » et de « propagande haineuse ».

Bien qu’il ait fait baptisé ses deux fils, Frédéric Nihous n’est proche d’aucune religion, et fermement opposé aux immiscions de la religion dans les affaires publiques. Il se démarque en ne désignant aucun personnage de référence, et dit méditer « sans implorer aucun esprit supérieur pour être sauvé ».

Ségolène Royal cite elle aussi la loi de 1905 qui « fonde le pacte républicain ». « Certaines des valeurs que je porte en moi, je les dois, bien sûr, à mon éducation » catholique, dit-elle, en affirmant que « devenir adulte, c’est conserver le meilleur des valeurs transmises pour conquérir sa liberté », sans dévoiler plus avant ses convictions personnelles.

Nicolas Sarkozy est le seul à aborder la question des vocations religieuses : « En France, il y a un manque criant de prêtres jeunes, capables de répondre aux immenses questionnements de la jeunesse », estime celui qui voit dans les religions une contribution « globalement positive » à la société. Mais le candidat UMP se démarque aussi en estimant que « les religions ont leur mot à dire dans les grands débats de société ». « Parfois, je regrette qu’elles ne le fassent pas assez », ajoute-t-il.

Gérard Schivardi est un laïc fervent qui estime que les religions « n’ont pas à être utiles à la société, mais aux individus, si cela leur chante ». S’il pouvait parler à Dieu ? « Qu’il ne se mêle pas des affaires des hommes », lui demanderait-il.

Philippe de Villiers souligne l’influence de sa foi sur ses convictions sur « le clonage, l’eugénisme, l’avortement, ou l’homosexualité ». Ce catholique qui « essaye d’aller à la messe tous les dimanches », s’oppose fermement à l’islam qui préconise, selon lui, de « rendre à Allah ce qui est à César et à Allah ce qui est à Allah ».

Pour Dominique Voynet les religions ont été « souvent utilisées pour assurer la résignation des opprimés à l’ordre établi » ou pour attiser des « affrontements ». Athée, elle a gardé de son éducation catholique « une aspiration à la justice et une capacité de révolte », et marque sa préférence pour le voluptueux Cantique des cantiques. Si elle rencontrait Dieu, la candidate Verte lui lancerait simplement « Qu’est-ce que tu fous ? »

Pour qui vont donc voter les clercs ?

jemrobe

_________________
La démocratie s’arrête là où commence la raison d’État. Charles PASQUA.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jeanmarie.robert.free.fr
 
Les candidats français face à la religion
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La Septante face aux Textes massorétiques : Où est la fraude ?
» Le Roman Epistolaire 4°
» Prière que Saint François d'Assise récitait devant le Crucifix !
» Lien émission Denise Bombardier -Religion
» Sainte Françoise Romaine et Saint Dominique Savio, commentaire du jour "Pardonne-nous nos offenses..."

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La belle rencontre :: Actualité, Médias et Politique :: Politique-
Sauter vers: