La belle rencontre

Le contraire d'une rencontre fâcheuse
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 langue en danger ou en évolution ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
abuzin
******
avatar

Nombre de messages : 768
Age : 62
Localisation : Rhode-Saint-Genèse
Date d'inscription : 30/03/2006

MessageSujet: Re: langue en danger ou en évolution ?   Mer 14 Fév 2007 - 22:07

jemrobe a écrit:
Et puis ça, c'est pas mal non plus pour aller vite

C'est quoi, c'est de l'arabe?

Ca me fait penser que les chinois doivent être mal barré pour :

- écrire en idéogrammes. Ils devraient avoir une charrette pour transporter leur portable et un vélo pour tirer la charrette. La Chine est en "marche" vers le progrès, ils ont déjà tous un vélo.

- une fois qu'ils auront la charrette et le portable en plus, apprendre à pervertir leur langue pour écrire en phonétique.

- enfin, faire croire qu'ils sont jeunes, alors qu'ils leur faudra une 30aine d'années pour maîtriser la bête.

abuzin

_________________
«Lorsque l\'on voit la direction que prend le monde, il faut insister sur ce qui nous unit plutôt que sur ce qui nous divise. Je crois que c\'est la seule chose que l\'on peut faire, rien de plus » - Kofi Annan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://la-belle-rencontre.winnerbb.net/
arnold.jack
*****
avatar

Nombre de messages : 380
Localisation : centre France
Date d'inscription : 01/04/2006

MessageSujet: Re: langue en danger ou en évolution ?   Jeu 15 Fév 2007 - 10:22

Langue en danger ou en évolution ?

Il me semble que dans le livre d'Orwell : 1984 , il existe la novlangue.

Cette nouvelle langue a surtout pour but d'empêcher de penser, il faut s'en tenir à des concepts vagues... L'abrutissement des masses étant la garantie de la pérennité du pouvoir en place.

Heureusement les exigences de notre société ne peuvent se contenter d'un langage inefficace. L'élite devra, pour le rester, se perfectionner sans cesse.

Mais en période de concurrence cette élite ne va pas retenir ceux qui n'ont de cesse de retomber dans le facile, l'amusant, l'abrutissant.

Et quand les vieux proposent aux jeunes de quoi s'abrutir, il est rare que ceux-ci ne s'y laissent prendre.

_________________
amour bien-être lucidité
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jemrobe
******
avatar

Nombre de messages : 1138
Age : 76
Localisation : Bourgogne
Date d'inscription : 03/04/2006

MessageSujet: Re: langue en danger ou en évolution ?   Jeu 15 Fév 2007 - 11:00

abuzin a écrit:
jemrobe a écrit:
Et puis ça, c'est pas mal non plus pour aller vite

C'est quoi, c'est de l'arabe?


abuzin

Pas du tout, c'est de la sténo, technique que maîtrisaient toutes les secrétaires formées avant la généralisation des béquilles informatiques lors de la dernière décennie du dernier siècle du millénaire précédent.

Avec un simple crayon, une secrétaire du temps jadis était donc capable ainsi de noter à la volée le texte d'un courrier que lui dictait son patron et de le lui restituer sous forme d'un texte imprimé sans faute d'orthographe et dont la syntaxe parfois défaillante des expressions parlées du dit patron avait été discrètement corrigée.

Nous vivons assurément une époque formidable où le progrès n'a pas fini de nous surprendre...

jemrobe

_________________
La démocratie s’arrête là où commence la raison d’État. Charles PASQUA.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jeanmarie.robert.free.fr
jemrobe
******
avatar

Nombre de messages : 1138
Age : 76
Localisation : Bourgogne
Date d'inscription : 03/04/2006

MessageSujet: Re: langue en danger ou en évolution ?   Jeu 15 Fév 2007 - 11:18

Allias a écrit:

Decidemment, je sous estime les vieux. Je n'aurais jamais pensé que vous puissiez maîtriser le php. Moi j'en ai presque tout oublié. L'activité scolaire m'est largement sufisante.

Allias.

hé hé, les vieux cacochymes ont un avantage unique, celui de la gestion du temps qui passe sans autre contrainte que celle de survivre contrairement aux moins vieux qui s'échinent dans la vie active et n'ont plus guère le loisir de pratiquer la réflexion préalable à l'exercice de la pensée.

De mes études j'ai retenu qu'on apprenait rien sinon l'art d'apprendre à apprendre, ce qui est du reste le seul outil indémodable eu égard à l'évolution des savoirs au cours d'une vie.

J'ai constaté au cours de ma vie professionnelle que je pouvais répartir mes collaborateurs ingénieurs et techniciens en deux catégories :

Ceux, les plus nombreux, qui avaient appris des techniques sans trop chercher à comprendre le pourquoi du comment et à qui je confiais plutôt des tâches d'exécution en ne me faisant pas trop d'illusion sur leur capacités à me fournir des analyses pertinentes faisant appel à l'imagination et pouvant déboucher sur des innovations.

Ceux là, en général me fournissaient des rapports factuels rédigé dans un Français approximatif voire incompréhensible et bourré de fautes d'orthographe.

L'autre catégorie à l'esprit curieux et ouvert et ayant appris à apprendre pouvait me restituer des analyses faisant le tour de la question et ne se contentant pas de dresser des constats mais proposant des solutions chiffrées et classées par ordre de pertinence en fonction de grilles d'analyses correctement documentées.

J'ai également constaté que mes collaborateurs de la deuxième catégorie s'exprimaient clairement et dans un Français univoque et correctement orthographié.

Vous pouvez facilement deviner que les plans de carrière de mes deux catégories de collaborateurs n'ont pas eu la même pente...

jemrobe

_________________
La démocratie s’arrête là où commence la raison d’État. Charles PASQUA.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jeanmarie.robert.free.fr
abuzin
******
avatar

Nombre de messages : 768
Age : 62
Localisation : Rhode-Saint-Genèse
Date d'inscription : 30/03/2006

MessageSujet: Re: langue en danger ou en évolution ?   Ven 16 Fév 2007 - 23:44

Allias a écrit:
Abuzin a écrit:
Bon, ne tirez plus les amis, j'avoue tout, j'ai fait comme ça :

Decidemment, je sous estime les vieux. Je n'aurais jamais pensé que vous puissiez maîtriser le php. Moi j'en ai presque tout oublié. L'activité scolaire m'est largement sufisante.

Allias.

Je proteste, ce n'est pas moi qui ai écris cela, c'est jerombe, l'autre vieillard cacochyme qui prête à l'univers la forme d'une bouteille de vin.

Qu'on stigmatise ma capacité à raisonner, je veux bien, mais que l'on me fasse sortir de mon tonneau vide pour me remplir de prétention, je refuse tout net.

Écarte-toi de mon soleil, jeune conquérant de la connaissance. Je revendique mon ignorance au nom de mon savoir Smile

abuzin ... qui se prend pour Diogène.

_________________
«Lorsque l\'on voit la direction que prend le monde, il faut insister sur ce qui nous unit plutôt que sur ce qui nous divise. Je crois que c\'est la seule chose que l\'on peut faire, rien de plus » - Kofi Annan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://la-belle-rencontre.winnerbb.net/
jemrobe
******
avatar

Nombre de messages : 1138
Age : 76
Localisation : Bourgogne
Date d'inscription : 03/04/2006

MessageSujet: Re: langue en danger ou en évolution ?   Sam 17 Fév 2007 - 21:07

abuzin a écrit:


abuzin ... qui se prend pour Diogène.

Ah ah, le très ancien abuzin reprend du service en faisant une allusion à la triste histoire que nous vécûmes ensemble alors qu’il se faisait appeler, vous ne le devinerez jamais, et bien si justement, Diogène abuzin, fils du banquier Ikésios, qui naquit à Sinope ( Ville d’Asie Mineure sur la côte S.-E. du Pont-Euxin, au sud de la Chersonèse, à l’est d’Héraclée, vieille colonie de Milet, qui fonda à son tour Trébizonde).

Diogène abuzin (- 412 – 323) dit le cynique s’enfuit du domicile paternel quand son père, qui tenait la banque publique, fabriqua de la fausse monnaie.

Venu à Athènes, Diogène abuzin s’attacha à Antisthène jemrobius (c’était mon nom à l’époque) et j’essayai bien de le chasser car je ne voulais pas de disciples, mais je ne pus rien contre sa ténacité.

Un jour où je le menaçais d’un bâton, il me tendit la tête et me dit : « Frappe, tu n’auras jamais un bâton assez dur pour me chasser, tant que tu parleras ! » Il devint donc mon auditeur et vécut très simplement, comme il convenait à un homme exilé.

Diogène abuzin avait écrit à un ami de lui indiquer une petite maison ; comme l’ami tardait à lui répondre, il prit pour demeure un tonneau vide qu’il trouva à la déchetterie d’Athènes.
L’été Diogène abuzin se roulait dans le sable brûlant, l’hiver, tout nu, il embrassait les statues couvertes de neige, trouvant partout matière à s’endurcir.

Diogène abuzin était étrangement méprisant, nommait l’école d’Euclide école de bile, et l’enseignement de Platon perte de temps quantique.
Il appelait les concours en l’honneur de Dionysos de grands miracles de fous, et les orateurs les valets du peuple. Quand il regardait les pilotes, les médecins, et les philosophes, il pensait que l’homme était le plus intelligent de tous les animaux ; en revanche s’il regardait les interprètes des songes, les devins et leur cour, et tous les gens infatués de gloire et de richesse, alors il ne savait rien de plus fou que l’homme.

Il répétait aussi sans cesse qu’il fallait aborder la vie avec un esprit sain ou se pendre.


Un jour où Diogène abuzin parlait sérieusement et n’était pas écouté, il se mit à gazouiller comme un oiseau, et il eut foule autour de lui.
Il injuria alors les badauds, en leur disant qu’ils venaient vite écouter des sottises, mais que, pour les choses sérieuses, ils ne se pressaient guère.
Il disait encore que les hommes se battaient pour secouer la poussière et frapper du pied, mais non pour devenir vertueux.
Il s’étonnait de voir les grammairiens tant étudier les mœurs d’Ulysse, et négliger les leurs, de voir les musiciens si bien accorder leur lyre, et oublier d’accorder leur âme, de voir les mathématiciens étudier le soleil et la lune, et oublier ce qu’ils ont sous les pieds, de voir les orateurs pleins de zèle pour bien dire, mais jamais pressés de bien faire, de voir les avares blâmer l’argent, et pourtant l’aimer comme des fous.
Il reprenait ceux qui louent les gens vertueux parce qu’ils méprisent les richesses, et qui dans le même temps envient les riches.
Il était indigné de voir des hommes faire des sacrifices pour conserver la santé, et en même temps se gaver de nourriture pendant ces sacrifices, sans aucun souci de leur santé.

Comme vous pouvez le constater abuzin n’a pas changé depuis ce temps là…

Une autre chose encore étonnait Diogène abuzin: « Quand nous achetons une marmite ou un vase, nous frappons dessus pour en connaître le son ; s’agit-il d’un homme, nous nous contentons de le regarder. »
Le jour où je lui demandai comment il voulait être enterré, il me répondit : « sur le visage », et comme je m’étonnais, il m’expliqua : « parce que bientôt ce qui est en bas sera en haut ». J’avoue ne toujours pas avoir compris son propos.




Diogène abuzin tenait des raisonnements comme celui-ci : « Tout appartient aux dieux, or les sages sont les amis des dieux et entre amis tout est commun, donc tout appartient aux sages. »
Voyant un jour une femme prosternée devant les dieux et qui montrait ainsi son derrière, il voulut la débarrasser de sa superstition. Il s’approcha d’elle et lui dit : « Ne crains-tu pas, ô femme, que le dieu ne soit par hasard derrière toi (car tout est plein de sa présence) et que tu ne lui montres ainsi un spectacle très indécent ? »


Les Athéniens l’aimaient beaucoup. Ils fessèrent un jeune homme qui avait brisé son tonneau, et remplacèrent le tonneau.
Un jour où il se masturbait sur la place publique, il s’écria : « Plût au ciel qu’il suffît aussi de se frotter le ventre pour ne plus avoir faim ! » Voyant un jeune homme qui s’en allait déjeuner avec des satrapes, il l’en empêcha, le tira à part, le ramena chez ses parents et leur conseilla de le surveiller.
À un autre garçon qui s’était fardé et qui lui posait une question, il déclara qu’il lui répondrait seulement quand il se serait mis tout nu, et qu’il pourrait voir si son interlocuteur était un homme ou une femme.

Pendant un repas, on lui jeta des os comme à un chien ; alors, s’approchant des convives, il leur pissa dessus comme un chien.


Il voulait la communauté des femmes ; niait la valeur du mariage, préconisait l’union libre au gré de chacun et selon les penchants de chacun. Pour cette raison, il voulait aussi la communauté des enfants.

Il ne voyait pas qu’il fût mal d’emporter les objets d’un temple, ou de manger la chair de n’importe quel animal, et ne trouva pas si odieux le fait de manger de la chair humaine, comme le, font des peuples étrangers, disant qu’en saine raison, tout est dans tout et partout.


On rapporte qu’il mourut à près de quatre-vingt-dix ans, mais tout le monde n’est pas d’accord sur la façon dont il mourut. Les uns veulent que pour avoir mangé tout cru un poulpe il soit mort du choléra, les autres, et parmi eux Kercide de Mégalopolis, qu’il se soit volontairement asphyxié en retenant sa respiration. Ce dernier auteur le dit en vers :

Il n’est plus, l’homme de Sinope,

L’homme au bâton, au double manteau, qui mangeait en plein air ;

Il est monté au ciel pour avoir de ses dents

Mordu ses lèvres et retenu son souffle. C’était,

Ce Diogène, un vrai fils de Zeus et un chien céleste.

jemrobius qui a les larmes aux yeux en se remémorant ce bon temps là. Very Happy

_________________
La démocratie s’arrête là où commence la raison d’État. Charles PASQUA.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jeanmarie.robert.free.fr
abuzin
******
avatar

Nombre de messages : 768
Age : 62
Localisation : Rhode-Saint-Genèse
Date d'inscription : 30/03/2006

MessageSujet: Re: langue en danger ou en évolution ?   Sam 17 Fév 2007 - 22:06

jerombius a écrit:
Un jour où Diogène abuzin parlait sérieusement et n’était pas écouté, il se mit à gazouiller comme un oiseau, et il eut foule autour de lui. Il injuria alors les badauds, en leur disant qu’ils venaient vite écouter des sottises, mais que, pour les choses sérieuses, ils ne se pressaient guère.

Ainsi est abuzin qui hurle sa vérité au désespoir pendant que les hommes n'ont d'ouïes que pour Bacchus et Pan.

Jeunes effrontés, écoutez ce que dit de moi le maître, et admirez celui qui, dans toutes les qualités du disciple, est son maître.

Ne m'agacez pas jeunes cafards ou je vous pisse dessus. Et si je vous pisse dessus, tremblez de ce que fera mon maître Very Happy

Grâce soit rendu au noble jerombius. Nous ne sommes dignes que de lui épouiller le pubis et l'anus.

abuzin qui ne s'épargne pas quand il "dit aux gènes".

_________________
«Lorsque l\'on voit la direction que prend le monde, il faut insister sur ce qui nous unit plutôt que sur ce qui nous divise. Je crois que c\'est la seule chose que l\'on peut faire, rien de plus » - Kofi Annan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://la-belle-rencontre.winnerbb.net/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: langue en danger ou en évolution ?   

Revenir en haut Aller en bas
 
langue en danger ou en évolution ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Mon cours sur l'évolution de la langue
» La phrase nominale et l'évolution du système verbal en sémitique
» Fluor et aluminium : DANGER.
» L’évolution sémantique des prépositions dans les langues romanes
» Origine et évolution de la langue française de la préhistoire à la fin du MoyenÂge

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La belle rencontre :: Culture et Littérature :: Langue à la sauce piquante-
Sauter vers: