La belle rencontre

Le contraire d'une rencontre fâcheuse
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Le Paradis des dictateurs...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
jemrobe
******
avatar

Nombre de messages : 1138
Age : 76
Localisation : Bourgogne
Date d'inscription : 03/04/2006

MessageSujet: Le Paradis des dictateurs...   Lun 4 Déc 2006 - 9:19

Le général Pinochet a reçu l'extrême-onction avant de rejoindre le paradis des dictateurs où il est attendu avec impatience par son modèle le général Franco.

Mais quel bienfait attend-t-on de ce viatique ?
Si l’on en croit Saint Pie X, la référence pour Pinochet, le sacrement d’Extrême-onction produit les effets suivants :

1 Il augmente la grâce sanctifiante (« Par la grâce nous devenons conjoints à Dieu Lui-même, sans l’intermédiaire de quoi que se soit de créé » S. Thomas, I D.14, 3.
L’essence de l’âme d’Augusto va se trouver unie, mariée désormais à l’Essence divine, associée à la Vie divine, bénéficiaire de la Nature divine. Cette union d’essence à essence s’appelle la grâce sanctifiante, que c’est beau non de Dieu!
).

2 Il efface les péchés véniels et même les péchés mortels que le malade repentant ne pourrait plus confesser (tout bon ça pour Augusto).

3 Il enlève cette faiblesse et cette langueur pour le bien qui restent même après avoir obtenu le pardon des péchés (au point où il en est Augusto ce n’était sans doute pas utile mais enfin bon).

4 Il donne la force de supporter le mal avec patience, de résister aux tentations et de mourir saintement (encore plus fort que la morphine pour le coup là).

5 Il aide à recouvrer la santé du corps, si c’est utile au salut de l’âme (non non, c’est pas la peine à son âge c’est trop tard).

jemrobe

_________________
La démocratie s’arrête là où commence la raison d’État. Charles PASQUA.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jeanmarie.robert.free.fr
jemrobe
******
avatar

Nombre de messages : 1138
Age : 76
Localisation : Bourgogne
Date d'inscription : 03/04/2006

MessageSujet: Re: Le Paradis des dictateurs...   Lun 4 Déc 2006 - 21:45

Alléluia, c'est le point 5 des effets de l'Extrême-onction selon Pie X qui a marché :

L'ex-dictateur chilien Augusto Pinochet, hospitalisé depuis dimanche à la suite d'un infarctus, se porte "mieux" que lundi matin, a annoncé dans l'après-midi l'hôpital militaire de Santiago, où il est soigné, dans son dernier bulletin médical.
Franco devra attendre encore un peu.

_________________
La démocratie s’arrête là où commence la raison d’État. Charles PASQUA.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jeanmarie.robert.free.fr
jemrobe
******
avatar

Nombre de messages : 1138
Age : 76
Localisation : Bourgogne
Date d'inscription : 03/04/2006

MessageSujet: Re: Le Paradis des dictateurs...   Mar 5 Déc 2006 - 9:29

abuzin a écrit:

Je pense que même les dictateurs ont droit à l'extrême-onction, car à l'heure de la mort le dictateur redevient un être humain comme les autres.

abuzin

Ceci étant dit et bien dit, mon message initial n'a pas été compris avec le sens sans doute trop bien caché au troisième degré que je lui attribuais.

En voici une lecture qui je l’espère sera plus univoque car à lire seulement au deuxième degré :

1) Augusto Pinochet est un ex-dictateur qui aura réussi à échapper à la justice des hommes.

2) Augusto Pinochet est un chrétien pratiquant traditionaliste modèle messe en latin selon le rite de Pie V et ne reconnaît pas les évolutions modernistes post-Pie X. Il croit au Paradis et a besoin d’un viatique pour échapper aussi à la justice divine.

3) le viatique de l’Extrême-onction efface les péchés véniels et même les péchés mortels que le malade repentant ne pourrait plus confesser.

4) Grâce à cet ultime sacrement, d’un type K2R subliminal, tout ex-dictateur catholique peut affronter le passage vers l’au-delà avec la même sérénité que n’importe quel pecum vulgaris.

5) Grâce au viatique prévu dans le code de fonctionnement de l’Église Catholique, les futurs ex-dictateurs en herbe savent qu’ils peuvent s’engager dans ce type de carrière prometteuse tout en minimisant les risques d’une justice immanente dans l’au-delà.

jemrobe

_________________
La démocratie s’arrête là où commence la raison d’État. Charles PASQUA.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jeanmarie.robert.free.fr
Tourterelle
****
avatar

Nombre de messages : 231
Date d'inscription : 01/04/2006

MessageSujet: Re: Le Paradis des dictateurs...   Mar 19 Déc 2006 - 6:08

Citation :
On ne devrait jamais avoir à détester ceux qui abuse ou ont abusé du pauvre monde. Ce faisant, ils exercent sur nous un double-mal, celui d'avoir abusé l'humanité et celui de salir notre esprit par des pensées à son égard qui nous révulsent.

Le dictateur qui meurt arrive à la conclusion de son existence et réalise la vacuité de ses actes face à la mort qui fait de lui, non un ex-dictateur, mais un être humain mourant qui n'a pas plus de valeur qu'un autre être humain mourant. L'homme mourant ne maîtrise plus rien, et son héritage qu'il soit un vil enseignement ou un sage enseignement ne lui appartient déjà plus.

C'est en cela que la notion de pardon est importante. Il faut combattre les prédateurs du genre humain avec la dernière énergie, mais combattre un homme mourant nous fait descendre au même niveau que ce qu'il fut toute sa vie. Cela fait de nous, également, des prédateurs. On ne peut, en cohérence, être contre la peine de mort, et se réjouir de la mort d'un être humain.

Un homme meurt ...

La mort est un moment grave. Tout aussi grave que la naissance.

On devrait mourir avant de naître, pour donner un sens à la vie qui ne soit pas tourné vers soi, mais vers les autres pour former une chaîne de la vie. Un maillon seul ne forme pas une chaîne. Pinochet ne fut qu'un maillon solitaire, un briseur de chaîne. Ceux qui l'ont combattu ont agi dans le sens de la chaîne. Le détester au moment de sa mort ne renforce pas la chaîne, mais la fragilise.

Ce que j'ai écris, je l'ai écris en luttant contre les émotions négatives qui me gagnent lorsque je pense au dictateur Pinochet, mais si je ne l'avais pas écris je ne comprendrais pas la notion de pardon telle que l'enseignait le Christ (qu'il soit fils de Dieu ou fils de l'homme) : "Heureux les miséricordieux, car ils obtiendront miséricorde!". On ne doit accepter et on ne reçoit que ce l'on est, également, capable de donner.

Je pense que même les dictateurs ont droit à l'extrême-onction, car à l'heure de la mort le dictateur redevient un être humain comme les autres.

abuzin


C'est plein de sagesse ça... cat biggthumpup Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
arnold.jack
*****
avatar

Nombre de messages : 380
Localisation : centre France
Date d'inscription : 01/04/2006

MessageSujet: Re: Le Paradis des dictateurs...   Mar 19 Déc 2006 - 10:41

Citation :
Augusto Pinochet ex dictateur …

Citation :
Cela ne tient qu'à la complicité de ceux qui l'ont soutenu


Pour ma part, si je crois aux dictatures qui dominent parfois les peuples, je ne crois pas au pouvoir solitaire des dictateurs.

Sans une complicité locale, voire internationale, ils seraient liquidés en moins de 24 H. L’exemple de la destitution de Ceaucescu est parlante.

Il me semble que c’est Salvador Aliende qui a mis Pinochet à la tête de l’armée, pourquoi ce choix ?

On a dit que la CIA avait fomenté la fin d’Aliende qui avait fait certaines nationalisations … Pinochet n’a pas rendu aux compagnies américaines les entreprise nationalisées !

Si Pinochet devait payer pour les crimes commis par ses subordonnés ( Le Responsable donc le coupable ? ) alors le ministre de l’intérieur Mittérand qui avait donné tous pouvoirs à l’armée française pour « maintien de l’ordre » en Algérie, aurait dû aussi se soumettre à la justice, pour la torture, les viols, les exécutions sommaires …

Comme Abuzin je crois qu’on mène la populace en bateau ou qu’on la flatte dans le sens du poil pour mieux l’abuser.

Quant à l'extrême onction... c'est aussi une pratique que je considère comme du domaine de l'illusion utile au peuple.

_________________
amour bien-être lucidité
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tourterelle
****
avatar

Nombre de messages : 231
Date d'inscription : 01/04/2006

MessageSujet: Re: Le Paradis des dictateurs...   Mer 20 Déc 2006 - 4:36

Mais non, je ne me moque pas de toi, je suis sincère Abuzin...

Si je me suis permit de copier ton message dans un forum catho, c'est bien parce qu'il est très sage... Wink

Le problème semble être que monsieur Pinochet est mort sans regret.
Il a dit peu avant sa mort: ""Tout ce que j'ai fait, je le ferais à nouveau."


Mais tu sais face à l'homme qui n'a plus rien d'humain, je ne peux que ressentir une profonde tristesse. Quelque fois nous-même nous oublions d'être humain même si nous sommes des hommes... Tu vois...
J'essaie de préciser ma pensé mais ce n'est pas facile...

Pinochet a fait ses choix et nous aussi nous avons à faire nos choix... Tenter de devenir un être humain (un meilleur homme) est un choix que nous devons refaire constamment au cours de notre vie et il y a plusieurs ratés... Ce n'est pas facile d'être un meilleur homme... Il ne s'agit pas de nier la réalité concernant les choix de Monsieur Pinochet mais de savoir voir notre propre réalité et celle de toute l'humanité. Combien de Pinochet y a t-il eu en ce monde et combien d'autre Pinochet existera t-il encore en ce monde? Alors la sagesse est de reconnaître que nous sommes nous-même bien imparfait et que nous devons tenter de devenir de meilleur homme pour bâtir une humanité plus humaine. C'est notre responsabilité en ce monde. Si nous devons nous placer en juge, que ce soit en étant juge de nous-même... En effet se serait plus utile pour nous humaniser d'avantage et faire de se monde un monde plus humain et éviter de créer d'autre Pinochet. Voilà. Le jugement de cet homme ne nous appartient pas, c'est entre lui, sa conscience et Dieu. Mais il ne s'agit pas de nier la réalité humaine, bien au contraire...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tourterelle
****
avatar

Nombre de messages : 231
Date d'inscription : 01/04/2006

MessageSujet: Re: Le Paradis des dictateurs...   Mer 20 Déc 2006 - 5:23

Citation :
Est-il repentant? Pas facile d'effacer de vieilles habitudes de penser. Et si il l'est vraiment, pourquoi ne pas lui accorder le pardon. La justice, pour qu'elle atteigne son but, ne vise pas seulement la réparation aux victimes, mais doit aussi avoir un résultat pédagogique sur le condamné. Si ce résultat pédagogique n'est pas atteint, la justice de Dieu fera son œuvre, non?

Effectivement à l'heure de la mort, Dieu offre son pardon mais l'homme est libre de le refuser. Dieu suscite le regret (l'homme est son propre juge) dans l'âme pour offrir son pardon mais l'homme peut lutter contre se regret et refuser le pardon. Ce pardon est très bouleversant et change le coeur de l'homme si celui-ci accepte cette humanisation (transformation). Sinon la justice de Dieu fera son oeuvre effectivement, n'ayant plus d'autre choix face au rejet de son pardon, donc face au rejet de Dieu lui-même.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jemrobe
******
avatar

Nombre de messages : 1138
Age : 76
Localisation : Bourgogne
Date d'inscription : 03/04/2006

MessageSujet: Re: Le Paradis des dictateurs...   Mer 20 Déc 2006 - 16:45

Tourterelle a écrit:

Le problème semble être que monsieur Pinochet est mort sans regret.
Il a dit peu avant sa mort: ""Tout ce que j'ai fait, je le ferais à nouveau."

Si si, Tourterelle, Augusto a bien exprimé un regret avant sa mort, il a regretté devant ses proches que le stade national situé au sud de Santiago du Chili n’ait jamais porté son nom.

Il est vrai que ce stade de foot doit sa célébrité non pas aux seuls mérites des « fouteux » locaux mais bien aux souvenirs laissés par le 12 septembre 1973 jour où le stade avait été transformé en centre de détention et où quelque 7 000 personnes ont été parquées sur les gradins avant d'être triées entre "bons" et "mauvais" et torturées (pour les mauvais) avec la bénédiction de la Maison Blanche qui s’était chargée d’assécher l’aide internationale pour préparer le chaos justifiant le coup d’état contre Salvador Allende.

C’est de ce stade qui ne portera donc jamais le nom de ce héros ayant combattu l’axe du mal marxiste que sont parties les « caravanes de la mort » chargées de fusiller les traîtres qui, par un processus de destruction systématique par l'effet de l'introduction d'une idéologie dogmatique et excluante, inspirée par les principes étrangers du marxisme-léninisme avaient conduit, selon lui, le pays à la déroute où à jeter à la mer par voie aérienne le corps lesté de semelles en béton les traîtres à la patrie qui n’avaient pas été assez courageux pour résister aux tortures et avaient fuit leurs bourreaux en se démerdant pour mourir avant d’être fusillés.

Des salauds, je vous dis ces traîtres-là ce qui explique pourquoi le clergé local a eu en définitive raison de ne pas leur accorder l’extrême onction qui est réservée aux amis de Dieu, pas à des chiens de marxistes de toute façon voués à Belzébuth et que ce serait gaspiller les saintes huiles.

Longue et heureuse vie au paradis à Augusto.

Pour votre culture personnelle concernant la confrérie des dictateurs contemporains et surtout pour le débat qui suit l'article vous pouvez lire cette : page

jemrobe

_________________
La démocratie s’arrête là où commence la raison d’État. Charles PASQUA.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jeanmarie.robert.free.fr
Allias
***
avatar

Nombre de messages : 133
Date d'inscription : 04/11/2006

MessageSujet: Re: Le Paradis des dictateurs...   Mer 20 Déc 2006 - 23:45

Il ne faudrait mépriser aucun être humain habitant sur cette terre. Le mot humanité ne cesse de prendre une certaine dimension morale. Le bien et le mal ne sont que des inventions philosophiques, et, comme tu l'as dis abuzin, il est surtout question de cohérence. Celui qui fait preuve de bien ne doit pas être félicité et respectivement, celui qui fait du mal n'est pas à reprocher ou comdamner.

Qu'a fait l'homme pour accomplir le bien ou le mal? Il s'est donné la peine de naître et encore, il n'est pas responsable de cette naissance. Pourquoi les hommes, comme les végétaux, sont-ils différents? L'être humain n'étant victime que de l'hérédité (programme génétique spécifique) et de la nature (conditions de vie et environnement), il n'a strictement rien à se reprocher. Il ne fait que subir le sort de la vie, il ne fait qu'évoluer selon les cironstances. Il ne maîtrise pas cette évolution.

Cette conception serait nettement anarchique, car elle figerait l'homme dans un plan prédeterminé et inscrit à l'avance.

abuzin a écrit:
C'est en cela que la notion de pardon est importante.

Le pardon doit être universel et obéir à une application figée, puisque l'homme est une victime.

abuzin a écrit:
Il faut combattre les prédateurs du genre humain avec la dernière énergie

Cela s'appelle tout simplement faire du bien. Ce dernier ne doit guère être personnel, mais collectif. Comment reconnaître les prédateurs? Un prédateur peut-il avoir raison contre toute la nation? Cela demeure en effet trés peu probable, mais pas autant que ça.

abuzin a écrit:
mais combattre un homme mourant nous fait descendre au même niveau que ce qu'il fut toute sa vie.

Négligeons la pitié. Un homme mourant peut-il demeurer encore dangeureux à l'espéce humaine? Si cela se peut, exterminons le sans tarder. Sinon, gardons le, il n'est plus néfaste.

abuzin a écrit:
On ne peut, en cohérence, être contre la peine de mort, et se réjouir de la mort d'un être humain.

La cohérence doit s'adapter à l'homme comme il est, en tenant compte de son énorme imperfection. Il aura beau être objectif, il sera toujours influencé par ses sentiments. La cohérence veut que les deux cas soient possibles. Le terme logique aurait été mieux placé.

abuzin a écrit:
Ce que j'ai écris, je l'ai écris en luttant contre les émotions négatives qui me gagnent lorsque je pense au dictateur Pinochet

Ces émotions négatives sont tellement négligeables pour celui qui n'a pas au préalable directement reçu le mal du dictateur de plein fouet. Il existe un degré ou les émotions surpassent la raison. C'est la nature de l'homme lui même, il n'a pas à se maudire, il est comme ça. Ce degré varie selon chacun, mais ne peut jamais atteindre la valeur 0.

abuzin a écrit:
Je pense que même les dictateurs ont droit à l'extrême-onction, car à l'heure de la mort le dictateur redevient un être humain comme les autres.

Bien dit. Néanmoins, ne devons-nous pas lui appliquer le systéme de réciprocité, afin qu'il comprenne réelement le mal qu'il a livré. Le plus important est qu'il meurt en ayant conscience de ses actes.

Je suis bizarre ce soir.

Allias.

_________________
Nous vivons davantage selon la matière et moins selon l'esprit.


Dernière édition par Allias le Jeu 21 Déc 2006 - 9:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jemrobe
******
avatar

Nombre de messages : 1138
Age : 76
Localisation : Bourgogne
Date d'inscription : 03/04/2006

MessageSujet: Re: Le Paradis des dictateurs...   Jeu 21 Déc 2006 - 10:08

abuzin a écrit:

Si pour combattre le prédateur, il faut devenir prédateur à son tour, que reste-il de la justification de notre combat?
abuzin

Pourquoi utiliser toujours le terme de "prédateur" pour désigner un dictateur ?

Un prédateur est un organisme vivant qui capture des proies vivantes pour s'en nourrir ou pour alimenter sa progéniture.

Était-ce vraiment le cas d'Augusto Pinochet ?
J'ai comme un doute qui m'étreint là !

On distingue :
Les prédateurs de fond : ils se nourrissent de plusieurs espèces, leur population est relativement stable, et ils contribuent à exercer un contrôle continu sur le niveau des populations de proies.

Les prédateurs de chocs : ils se nourrissent d'une ou d'un petit nombre d'espèces. L'apparition de ces prédateurs en grand nombre entraîne un effondrement des populations de proies.

Dans le domaine politique, on appelle "dictateur" un chef d'État qui dispose d'un pouvoir absolu et l'exerce de manière autoritaire.
Cela se traduit notamment par l'absence d'élections démocratiques et de séparation des pouvoirs, l'entrave à la liberté d'expres​sion(censure, répression de l'opposition) et aux droits de l'homme (répression des minorités, tortures).

Là je trouve, mais ça n'engage que moi bien sûr, que la définition sied bien à Augusto Pinochet.

jemrobe

_________________
La démocratie s’arrête là où commence la raison d’État. Charles PASQUA.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jeanmarie.robert.free.fr
jemrobe
******
avatar

Nombre de messages : 1138
Age : 76
Localisation : Bourgogne
Date d'inscription : 03/04/2006

MessageSujet: Re: Le Paradis des dictateurs...   Jeu 21 Déc 2006 - 16:22

Encore un dictateur qui trépasse et comme il ne sied point de s’en réjouir, je compatis de tout cœur avec la douleur que ne manqueront pas d’exprimer les habitants éplorés de ce pays bourré de ressources gazières.

Ce dictateur là n’étant pas chrétien ne pourra donc prétendre au paradis et Augusto devra attendre que l’ancien élève des jésuites Fidel Castro défuncte à son tour pour retrouver un compagnon digne de lui :

Le président du Turkménistan, Saparmourad Niazov, 66 ans, qui régnait en maitre absolu sur cette République d'Asie centrale désertique et riche en gaz, est décédé dans la nuit de mercredi 20 à jeudi 21 décembre 2006 d'un arrêt cardiaque, ont annoncé les médias d'État.
Autoproclamé "président à vie", Niazov avait été nommé à la tête du Turkménistan en 1985 alors que cette République faisait encore partie de l'URSS.

En vingt et un ans de règne, celui qui se faisait appeler "le président-prophète" a fait de son pays l'une des dictatures les plus fermées de la planète. Il avait créé un culte délirant de sa personnalité, donnant son nom à une ville, un aéroport, des avenues et des mosquées, et rendant obligatoire l'étude de son ouvrage majeur le Rukhnama (Renaissance spirituelle).

Ce livre, sorte de code de conduite à l'usage de ses sujets, servait de manuel aux écoliers et aux étudiants qui étaient interrogés sur son contenu au moment des examens. Récemment, le "Turkmenbashi" (la tête des Turkmènes) avait imposé l'emploi d'un nouveau calendrier où les noms des mois avaient été remplacés par les prénoms de sa famille.

Sur un coup de tête, le dictateur avait fait fermer l'Académie des sciences et celle de médecine, ainsi que toutes les bibliothèques et les dispensaires ruraux.

Il avait aussi interdit l'opéra, le cirque, l'orchestre philharmonique.

L'homme avait tué dans l'œuf toute forme d'opposition et menait d'une main de fer les affaires de son pays. Méfiant à l'égard de tout le monde, il cumulait les fonctions de président, de premier ministre, de chef des armées et de leader du Parti démocratique, le parti unique.

jemrobe

_________________
La démocratie s’arrête là où commence la raison d’État. Charles PASQUA.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jeanmarie.robert.free.fr
jemrobe
******
avatar

Nombre de messages : 1138
Age : 76
Localisation : Bourgogne
Date d'inscription : 03/04/2006

MessageSujet: Re: Le Paradis des dictateurs...   Ven 22 Déc 2006 - 10:11

hé hé :
La presse russe a rapporté ce matin 22 décembre 2006 "des rumeurs sur la mort violente" du président turkmène Saparmourat Niazov, évoquant un empoisonnement, tout en soulignant la difficulté à vérifier leur véracité en raison de l'extrême fermeture du régime de cette ex-république soviétique.

Ce n'est pas toujours tranquille la fin d'un dictateur, et question empoisonnement une information russe vaut parole d'expert non ?...

jemrobe

_________________
La démocratie s’arrête là où commence la raison d’État. Charles PASQUA.


Dernière édition par jemrobe le Ven 22 Déc 2006 - 10:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jeanmarie.robert.free.fr
jemrobe
******
avatar

Nombre de messages : 1138
Age : 76
Localisation : Bourgogne
Date d'inscription : 03/04/2006

MessageSujet: Re: Le Paradis des dictateurs...   Ven 22 Déc 2006 - 10:40

Tout s'explique, une enfance malheureuse et quelqu'un de plus fort qu'Allah :

«Personne n'ayant vécu ce que j'ai vécu, personne ne pourrait me comprendre.»

Au-delà des statues dorées et des mois rebaptisés à sa gloire, Saparmourad Niazov a confié, dans ses nombreuses œuvres, que sa vie fut d'abord une incommensurable détresse.
À 8 ans, il se retrouve orphelin : son père a été tué pendant la Seconde Guerre mondiale ; sa mère et ses deux frères, durant le tremblement de terre qui a ravagé Achgabat en 1948.


Abandonné à l'orphelinat, le futur «Père de tous les Turkmènes» est un pur produit du système soviétique, qui l'envoie faire des études d'ingénieur à l'institut polytechnique de Leningrad.

«J'étais dans le désespoir et la solitude», racontait Niazov à propos de ces années d'études, seul à Leningrad.
«Je n'avais personne d'autre que Dieu pour me venir en aide. Mais tout le pays criait à tue-tête : Dieu n'existe pas !»


À 22 ans, le jeune Saparmourad trouve réconfort au Parti communiste, qui parachève sa formation et lui permet de faire rapidement carrière.
En 1985, il accède au poste suprême de premier secrétaire du Parti communiste du Turkménistan, poste qu'il transforme en présidence du pays après l'indépendance déclarée en 1990, puis en présidence à vie depuis 1999.

Marié et père de deux enfants, Saparmourad Niazov s'était depuis longtemps éloigné de sa femme et vivait «comme un loup solitaire» dans les immenses palais construits ces dernières années par le groupe français Bouygues, ont rapporté plusieurs diplomates en poste à Achgabat.

Sa façon de gouverner ressemblait «à un jeu de massacre permanent» où il fallait sans cesse écraser toute tête menaçant de dépasser, confiait dernièrement l'un de ces diplomates.

Avec les puissances étrangères, le «Père de tous les Turkmènes» n'était pas loin d'agir de même, sachant tirer profit des convoitises que suscitaient ses énormes réserves de gaz et répartissant habilement son marché : «Les avions pour Boeing, le textile et le bâtiment moyen de gamme aux Turcs, les réserves financières et les voitures de luxe aux Allemands, le bâtiment haut de gamme à Bouygues» , énumérait ce diplomate, tout en rendant aussi justice à certains aspects de son œuvre.

En imposant le culte de sa personne et de son grand ouvrage «spirituel», le Roukhnama, Niazov se serait efforcé de «combler le vide idéologique laissé par l'URSS et conjurer l'avènement de l'islam militant».

«Ils ont adoré Lénine, puis Staline. Maintenant, ce serait Allah ou moi. Il vaut mieux que ce soit moi» aurait confié Niazov à un homme d'affaires étranger de passage à Achgabat.

Avec ses poèmes dégoulinants de bons sentiments et sa statue tournant autour du soleil, Saparmourad Niazov a de fait réussi à faire connaitre dans le monde entier le Turkménistan, nouvel État sur la carte du globe qui n'avait jamais existé avant l'ère soviétique et qui à son tour se retrouve orphelin.

jemrobe

_________________
La démocratie s’arrête là où commence la raison d’État. Charles PASQUA.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jeanmarie.robert.free.fr
jemrobe
******
avatar

Nombre de messages : 1138
Age : 76
Localisation : Bourgogne
Date d'inscription : 03/04/2006

MessageSujet: Re: Le Paradis des dictateurs...   Dim 24 Déc 2006 - 8:36

Le mausolée qui va accueillir aujourd'hui 24 décembre le défunt dictateur, pas mal non ?


jemrobe

_________________
La démocratie s’arrête là où commence la raison d’État. Charles PASQUA.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jeanmarie.robert.free.fr
arnold.jack
*****
avatar

Nombre de messages : 380
Localisation : centre France
Date d'inscription : 01/04/2006

MessageSujet: Re: Le Paradis des dictateurs...   Jeu 28 Déc 2006 - 10:48

le dictateur est mort et pourtant son mausolée demeure et un culte pourrait même s'installer.

Je persiste à croire que, plus fort que le dictateur lui-même, il reste la maffia qui l'avait fait dictateur.

La dictature précède le dictateur et lui survit car le pouvoir réel est au mains d'invisibles.

_________________
amour bien-être lucidité
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
arnold.jack
*****
avatar

Nombre de messages : 380
Localisation : centre France
Date d'inscription : 01/04/2006

MessageSujet: Re: Le Paradis des dictateurs...   Sam 30 Déc 2006 - 9:28

Sadam responsable de morts par centaines : exécuté

Pinochet responsable de morts par milliers : mort dans son lit

Pol Pot responsable de millions de morts : mort dans son lit

Ceaucescu responsable : exécuté


Pas facile de deviner comment mourra un responsable politique.

_________________
amour bien-être lucidité
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allias
***
avatar

Nombre de messages : 133
Date d'inscription : 04/11/2006

MessageSujet: Re: Le Paradis des dictateurs...   Sam 30 Déc 2006 - 17:21

Saddam Hussein a maintenant été exécuté, ou plus précisemment pendu, sans vraiment protester ni manifester des sentiments d'inquiétude ou de peur apparantes: en tout cas, c'est ce qu'a montré Euronews. Je ne m'attendais pas à ce que la chaîne montre le début de la pendaison qui demeurera chocante pour un public nombreux.

En outre, Euronews a été trop subjective dans cette information. Elle ne montre que le bonheur des chiites à voir leur dictateur pendu, en interroge plusieurs. En ce qui concerne la tristesse et la colère des sunnites, elle n'a fait que mentionner ce fait. Il en est de même dans la présentation du dictateur Saddam Hussein, plutôt comdamnatrice qu'informative.

La peine de mort reste encore une bêtise trop figée. Le dogme religieux musulman semble l'autoriser, voire même la revendiquer. Un musulman ne peut pas concevoir la dynamicité d'un dogme religieux, sinon il n'est pas musulman. En faisant ceci, il rend compte de l'imperfection des propos du texte sacré, et donc de Dieu.

Une partie mineure des musulmans sont terroristes. Une autre majeure soutient le terrorisme (surtout l'attentat du 11 septembre aux Etats-Unis), mais pas en toutes ses formes (conflit entre chiites et sunnites). La majorité des musulmans sont dangereux et présentent une foi inébralable en leur vaine certitude.

A quand le mouvement des Lumières dans le monde arabe?

Allias.

_________________
Nous vivons davantage selon la matière et moins selon l'esprit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jemrobe
******
avatar

Nombre de messages : 1138
Age : 76
Localisation : Bourgogne
Date d'inscription : 03/04/2006

MessageSujet: Re: Le Paradis des dictateurs...   Sam 30 Déc 2006 - 20:58

Le traitement de l'information par la télé ne relève pas de l'analyse mais des contraintes du spectacle et de la nécessité de faire de l'audience, c'est une question de survie.

France Culture a correctement traité l'information en n'occultant pas le débat sur la peine de mort avec l'exécution de Sadam qui, selon le Vatican aujourd'hui, est un crime ajouté à un crime, pas une solution.

Je partage pleinement l'analyse parue dans le du Monde de ce soir :
Citation :

George W. Bush, qui ne sait ni pourquoi maintenir ses 140 000 soldats en Irak ni comment les retirer, a salué l'exécution de Saddam Hussein comme "une étape importante sur le chemin de la démocratie". C'est une conception de la démocratie. Elle n'est pas la nôtre.

_________________
La démocratie s’arrête là où commence la raison d’État. Charles PASQUA.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jeanmarie.robert.free.fr
jemrobe
******
avatar

Nombre de messages : 1138
Age : 76
Localisation : Bourgogne
Date d'inscription : 03/04/2006

MessageSujet: Re: Le Paradis des dictateurs...   Sam 30 Déc 2006 - 21:07

À propos de Bush et pour s'en payer une bien bonne avant de changer d'année :

D'après un sondage réalisé par Ipsos auprès de la population américaine, George W. Bush arrive en tête des personnalités "les plus méchantes de l'année"

Lorsqu'on leur demande l'homme le plus méchant de l'année, une majorité d'Américains citent leur président George W. Bush, loin devant le terroriste Oussama ben Laden et l'ancien dictateur irakien Saddam Hussein, selon un sondage AP-AOL News paru jeudi 28 décembre.

Invités à indiquer la personne "la plus méchante de l'année", 25% des Américains citent leur président, suivi d'Oussama ben Laden, avec 8%. Viennent ensuite Saddam Hussein (6%), le président iranien Mahmoud Ajmadinejad (5%) et le dirigeant nord-coréen Kim Jong-Il (2%).

Quant au "héros de l'année", 13% des sondés citent là encore George W. Bush.
Six pour cent ont choisi les troupes américaines en Irak, suivi de l'animatrice Oprah Winfrey , le sénateur démocrate Barack Obama et Jésus-Christ, avec 3% chacun.
Pas terrible pour Jésus-Christ mais bon...
jemrobe

_________________
La démocratie s’arrête là où commence la raison d’État. Charles PASQUA.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jeanmarie.robert.free.fr
jemrobe
******
avatar

Nombre de messages : 1138
Age : 76
Localisation : Bourgogne
Date d'inscription : 03/04/2006

MessageSujet: Re: Le Paradis des dictateurs...   Dim 31 Déc 2006 - 17:01

L’intégralité de la pendaison de Saddam Hussein se propage sur Internet.

D'une durée de 2 minutes 36, la vidéo semble avoir été tournée au moyen d’un téléphone portable.

http://tempsreel.nouvelobs.com/file/161136.mov

Un millions de "spectateurs" en quelques heures sur Google Video.


Et voilà comment on va élever Saddam au rang de martyr grâce à ces images qui reproduisent la même erreur politique que la diffusion des photos de Che Guevara, exécuté en 1967 en Bolivie avec l'aide des États-Unis et devenu depuis une icône mondiale.

Quelle énorme connerie de transformer un dictateur sanguinaire en martyr, merci Bush et Blair, le culte va commencer...

jemrobe

_________________
La démocratie s’arrête là où commence la raison d’État. Charles PASQUA.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jeanmarie.robert.free.fr
Allias
***
avatar

Nombre de messages : 133
Date d'inscription : 04/11/2006

MessageSujet: Re: Le Paradis des dictateurs...   Lun 1 Jan 2007 - 18:02

En affreux manque de temps, pourriez-vous, jemrobe, m'indiquer le codec à télécharger pour lire les videos en .mov, sachant que j'utilise le Lecteur Windows Media.

Dans le cas où vous seriez dans l'incapacité de me les donner, je téléchargerais d'autres logiciels si possible (comme vlc media player ou quicktime).

Allias.

_________________
Nous vivons davantage selon la matière et moins selon l'esprit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jemrobe
******
avatar

Nombre de messages : 1138
Age : 76
Localisation : Bourgogne
Date d'inscription : 03/04/2006

MessageSujet: Re: Le Paradis des dictateurs...   Lun 1 Jan 2007 - 20:27

Mon cher alias les fidèles de la belle rencontre réservent habituellement la solennité du vouvoiement aux manifestations de courroux qui n'ont pas mise ici et la simplicité impose donc que l'on se tutoie comme il siède quand on se sent proche.
Concernant le fichier vidéo du Nouvel Obs, .mov est l'extension d'un fichier Quick Time que Windows Media Player ne reconnait pas, il faut donc installer le lecteur Quick Time pour Windows (un adepte de la pomme ne poserait pas la question) gratuit à l'adresse suivante :

http://www.apple.com/fr/quicktime/download/win.html.

En pratique, pour s'en sortir entre tous les formats vidéo non compatibles entre eux il faut avoir le player de Windows, QuickTime, Real player et VLC.

jemrobe

_________________
La démocratie s’arrête là où commence la raison d’État. Charles PASQUA.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jeanmarie.robert.free.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le Paradis des dictateurs...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le Paradis des dictateurs...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le Paradis, le Ciel, la Béatitude éternelle en Dieu
» Qu'est-ce que le PARADIS ?
» quel paradis?
» La sonnette du Paradis
» Enfer ou Paradis

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La belle rencontre :: Spiritualité et Philosophie :: Spiritualité-
Sauter vers: