La belle rencontre

Le contraire d'une rencontre fâcheuse
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Faut-il éviter les querelles de mots ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
f u c h s i a
Admin
avatar

Nombre de messages : 376
Date d'inscription : 01/04/2006

MessageSujet: Faut-il éviter les querelles de mots ?   Lun 11 Sep 2006 - 21:40

Vous êtes plutôt pour :

Citation :
Oui, le langage est un instrument dangereux, car les mots désignent des choses différentes selon les individus; ils peuvent donc porter à confusion et être à l'origine de conflits.
Le langage n'est pas une science exacte, il est du domaine de l'opinion. Le langage peut occasionner des malentendus, il est donc dangereux et peut conduire à la violence.

ou pour :

Citation :
Non, la querelle de mots démasque les faux savoirs, les mots qui ne veulent rien dire et qui rivent les hommes à leurs préjugés et à leur ignorance. La pensée est indissociable du langage et de la communication :on ne peut donc pas éviter les querelles de mots. Se "quereller" pour des mots, c'est faire connaître ses idées et connaître celles des autres.

J'ai plutôt tendance à opter pour la deuxième option, le non.

Car, en face d'interlocuteurs intelligents, il y a toujours moyen de discuter raisonnablement.

"Nous devons faire vivre les mots, les triturer, les critiquer, quitte à se "quereller", car il vaut toujours mieux échanger des mots plutôt que des coups."

"Il faut bien sûr éviter les querelles de mots poussées à l'extrême, car elles peuvent être causes de violence et ne font pas avancer la compréhension entre les hommes. Mais il ne faut pas éviter les raisonnables querelles de mots, le langage servant à exprimer des idées et à communiquer. Il ne faut pas admettre de d'autres pensent à notre place."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Clotilde
Invité



MessageSujet: Re: Faut-il éviter les querelles de mots ?   Lun 11 Sep 2006 - 22:47

Si on en reste à discuter sur les idées en laissant de côté toute discussion non constructive sur les personnes, alors les querelles de mots ne tourneront pas aux querelles de maux. Idea
Revenir en haut Aller en bas
jemrobe
******
avatar

Nombre de messages : 1138
Age : 76
Localisation : Bourgogne
Date d'inscription : 03/04/2006

MessageSujet: Re: Faut-il éviter les querelles de mots ?   Mar 12 Sep 2006 - 9:48

Clotilde a écrit:
Si on en reste à discuter sur les idées en laissant de côté toute discussion non constructive sur les personnes, alors les querelles de mots ne tourneront pas aux querelles de maux. Idea

Le problème est que personne ne maîtrise la réaction d'autrui à un message imaginé comme ne portant que sur des idées mais décrypté comme une attaque personnelle.

Le plus délicat en la matière est la mise en perspective de la méthode de raisonnement des autres lorsqu’elle est reçue comme une mise en cause personnelle.

Chacun a sa propre histoire et aussi son propre caractère, on peut être baba cool ou très susceptible s’impliquer avec passion dans ce qu’on expose ou au contraire disserter sur tout sujet sans états d’âme particuliers comme on pourrait le faire par exemple pour donner une conférence sur la culture maraîchère en terrain plat et sablonneux à l’aube du XIII° siècle en Sologne par exemple.

Le degré de passion avec lequel on aborde un débat devient une circonstance propre aux dérapages verbaux lorsqu’on est confronté à des idées contraires aux siennes et que l’on se sent attaqué dans ses convictions intimes.

Personne n’y échappe, quelle que soit la bonne foi des « opposants », mais la réaction de chacun dépendra toujours de son équation interne.
Les plus passionnés d’entre nous ont une probabilité beaucoup plus grande que les plus tièdes de transformer inconsciemment un débat d’idée en attaque personnalisée.

La seule solution dans ce forum est que chacun ait l’humilité d’admettre qu’il est vain de toujours vouloir convaincre autrui mais qu’il faut au contraire laisser agir l’Esprit afin que chacun tire pour lui-même les conclusions qui lui conviennent et peu importe si celles-ci sont opposées aux siennes.

C’est dans cette optique que j’avais évoqué le péché de vanité dans l’exemple donné d’une critique explicite de la croyance en Dieu sans analyse dynamique contradictoire préalable à l’acte de foi.

_________________
La démocratie s’arrête là où commence la raison d’État. Charles PASQUA.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jeanmarie.robert.free.fr
catou
*
avatar

Nombre de messages : 31
Date d'inscription : 12/02/2009

MessageSujet: Re: Faut-il éviter les querelles de mots ?   Dim 15 Fév 2009 - 9:44

Fuschia demande:
Citation :
Faut-il éviter les querelles de mots ?

Ni l'un ni l'autre en particulier parce que je pense que les (nos) réponses devraient correspondre à la personnalité de chacun, c'est à dire
"être nous mêmes", avec la part de spontaneité qui peut parfois et dans un premier temps, surpasser la part de réflexion mais toujours dans le respect de l'autre. On peut être spontané sans être dans l'insulte.

Clotilde a écrit:
Si on en reste à discuter sur les idées en laissant de côté toute discussion non constructive sur les personnes, alors les querelles de mots ne tourneront pas aux querelles de maux. Idea
Ok avec ça, sauf que ce n'est pas forcément instinctif comme réflexe, de ne tenir compte que de l'idée sans la dissocier un minimum de la personne, oui c'est con mais c'est ce qui se produit le plus souvent, allez savoir pourquoi (?)

jemrobe a écrit:
Le problème est que personne ne maîtrise la réaction d'autrui à un message imaginé comme ne portant que sur des idées mais décrypté comme une attaque personnelle.

Le plus délicat en la matière est la mise en perspective de la méthode de raisonnement des autres lorsqu’elle est reçue comme une mise en cause personnelle.

Chacun a sa propre histoire et aussi son propre caractère, on peut être baba cool ou très susceptible s’impliquer avec passion dans ce qu’on expose ou au contraire disserter sur tout sujet sans états d’âme particuliers comme on pourrait le faire par exemple pour donner une conférence sur la culture maraîchère en terrain plat et sablonneux à l’aube du XIII° siècle en Sologne par exemple.

Le degré de passion avec lequel on aborde un débat devient une circonstance propre aux dérapages verbaux lorsqu’on est confronté à des idées contraires aux siennes et que l’on se sent attaqué dans ses convictions intimes.

Personne n’y échappe, quelle que soit la bonne foi des « opposants », mais la réaction de chacun dépendra toujours de son équation interne.
Les plus passionnés d’entre nous ont une probabilité beaucoup plus grande que les plus tièdes de transformer inconsciemment un débat d’idée en attaque personnalisée.

La seule solution dans ce forum est que chacun ait l’humilité d’admettre qu’il est vain de toujours vouloir convaincre autrui mais qu’il faut au contraire laisser agir l’Esprit afin que chacun tire pour lui-même les conclusions qui lui conviennent et peu importe si celles-ci sont opposées aux siennes.

C’est dans cette optique que j’avais évoqué le péché de vanité dans l’exemple donné d’une critique explicite de la croyance en Dieu sans analyse dynamique contradictoire préalable à l’acte de foi.

Tout à fait d'accord avec toi jemrobe même si ce n'est pas toujours évident Rolling Eyes
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
abuzin
******
avatar

Nombre de messages : 768
Age : 62
Localisation : Rhode-Saint-Genèse
Date d'inscription : 30/03/2006

MessageSujet: Re: Faut-il éviter les querelles de mots ?   Dim 15 Fév 2009 - 11:16

Les personnes ne sont que le support des idées. La personne n'est pas intéressante en soi.

Ce sont les idées qui doivent être discutées pour tâcher de comprendre les implications dans le cadre dans lequel elle s'exerce. Les êtres humains meurent, pas les idées. Les idées se transmettent de génération en génération.

Les attaques personnelles sont stupides. Elles n'apportent rien du tout. Il faut permettre la liberté d'expression, mais si cette liberté devient la liberté d'agression, elle devient antinomique avec l'idée de liberté puisqu'elle ne combat alors que la liberté des uns contre la liberté des autres.

Une idée est bâtie sur l'évidence de certains indices. Mais si l'on a pas à cœur de relever tous les indices, la "vérité" obtenue est faussée. D'où l'intérêt d'un travail à charge et à décharge. Ceci dit, reste à déterminer qui doit faire la charge et qui doit faire la décharge. Si on est honnête ou intègre intellectuellement, chacun doit faire et la charge et la décharge afin que la vérité, si elle peut être découverte, le soit au profit de tous par un travail par tous.

Par exemple, en politique il y a des clivages de gauche et de droite. Cela signifie-t-il qu'en fonction du bord auquel on croit appartenir, ce que soutient le bord opposé est forcément faux ?

Autre exemple, je ne suis pas croyant, et encore moins religieux. Cela signifie-t-il que les croyants ou les religions n'ont absolument aucun mérite ? Force m'est de constater qu'une Sœur Emmanuelle a été portée par sa foi, et que, nom de Dieu, on trouve peu d'êtres humains, croyants ou incroyants, qui aient eu le courage de se lancer dans une nouvelle carrière à l'âge de la retraite et qui ont eu autant d'influence et de résultats sur le terrain.

Les choses ne sont pas figées dans un "noir" ou un "blanc". Nous sommes plongés chacun dans notre brouillard, et nous ne pouvons voir que ce qui est à notre portée. Nous sommes tous autour de la statue de la Vérité, et chacun n'en voit qu'une face à la fois. Ce qui est important, c'est d'avoir une vision globale de la vérité. Dès que nous exprimons une chose, ce que nous exprimons ne nous appartient plus. La chose exprimée devient un nouvel objet qui est livré à la compréhension de l'autre.

Les idées, c'est comme la mer et les vagues. C'est un monde complexe où il nous est permis de voir certaines choses et, de par notre point de vue particulier, d'en ignorer certaines autres qui ne nous apparaissent pas.

L'individu, lui, ne produit que des "effets papillons" en effleurant la surface des choses. Sa vie est si courte, en comparaison de la longueur de l'histoire, que son influence est très limitée sur les événements. Les idées, par contre, prennent de l'ampleur et se nourrissent du fond qui les alimentent.

Un individu ne peut rien, mais un groupe, une alliance, peut faire la différence. C'est le principe du rapport de force qui veut cela. Les forces s'additionnent. Reste à déterminer la finalité du groupe. Là est le vrai problème.

_________________
«Lorsque l\'on voit la direction que prend le monde, il faut insister sur ce qui nous unit plutôt que sur ce qui nous divise. Je crois que c\'est la seule chose que l\'on peut faire, rien de plus » - Kofi Annan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://la-belle-rencontre.winnerbb.net/
jemrobe
******
avatar

Nombre de messages : 1138
Age : 76
Localisation : Bourgogne
Date d'inscription : 03/04/2006

MessageSujet: Re: Faut-il éviter les querelles de mots ?   Dim 15 Fév 2009 - 20:46

catou a écrit:
Tout à fait d'accord avec toi jemrobe même si ce n'est pas toujours évident Rolling Eyes
Hein que ce n'est pas évident de comprendre du jemrobe dans le texte.
Il faut dire qu'après avoir longtemps râlé contre la superficialité des discours démagogiques tenus par nos dirigeants politiques, j'en suis venu à éprouver un plaisir jouissif à distiller parfois quelques perles logomachiques qui sont à la bonne humeur ce qu'est le pet à l'homme qui a trop mangé. Very Happy

Tiens je m'en sers une p'tite dose (de logomachie à chier) avant d'aller au lit :

En matière de discussion animée, et dans un certain nombre de cas, le recadrage factuel des idées avancées métabolise les impacts organisationnels de chacun au niveau de son histoire mémorielle personnelle, alors que dans de nombreux domaines la pertinence de contre l'argumentation balancée stimule les équilibres globalo-superficiels des protagonistes impliqués dans le débat d'idée.

Devant une saillie aussi fumeuse, l'auteur qui ne sait pas vraiment ce qu'il a bien pu vouloir dire, doit agir comme le faisait notre feu Président Tonton qui se régalait en découvrant le lendemain les analyses savantes décortiquant le fond de sa pensée dans les colonnes du journal "Le Monde".

lol!

_________________
La démocratie s’arrête là où commence la raison d’État. Charles PASQUA.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jeanmarie.robert.free.fr
abuzin
******
avatar

Nombre de messages : 768
Age : 62
Localisation : Rhode-Saint-Genèse
Date d'inscription : 30/03/2006

MessageSujet: Re: Faut-il éviter les querelles de mots ?   Lun 16 Fév 2009 - 23:44

jemrobe a écrit:
Il faut dire qu'après avoir longtemps râlé contre la superficialité des discours démagogiques tenus par nos dirigeants politiques, j'en suis venu à éprouver un plaisir jouissif à distiller parfois quelques perles logomachiques qui sont à la bonne humeur ce qu'est le pet à l'homme qui a trop mangé. Very Happy

J'ai parfois l'impression que l'on prend les politiciens pour une race à part. Qu'en on sait qu'ils sont d'abord des êtres humains (en sont-ils convaincu ?), on sait qu'ils sont non seulement capable du pire, mais également du meilleur.

Quand on sait que la critique qui leur est faite par les médias (ceux qui sont sensés être notre regard neutre sur ce à quoi nous n'avons pas accès), est-il étonnant qu'ils renvoient le mépris qui leur est fait, en se différenciant de la masse à laquelle ils ne croient plus s'identifier.

Il y a une fleur qui s'épanouit au cœur du politique : le narcisse. Pour qu'elle fleurisse et donne le meilleur d'elle-même, elle doit être nourrie. Si on urine dessus, elle se referme et ne produit plus que pour elle-même.

Le besoin de reconnaissance est un des moteurs de la motivation de l'âme humaine. Un autre moteur de cette motivation est la jalousie. Lorsque l'on projette ses ressentiments sur les politiques, on ne doit pas s'attendre à autre chose, non plus, de leur part.

Si les politiciens ont des ego surdimensionnés, il ne faut pas oublier que cela va souvent de paire avec une capacité de travail énorme. Tous le monde attend une reconnaissance de son travail. C'est humain. Nul n'est parfait, mais quand ne vient que critique négative systématique, il y a démotivation. Alors, oui, les politiciens ne travaillent plus que pour eux, et personne d'autre ne fera le travail attendu à leur place.

Les médias ont une responsabilité énorme dans le gâchis actuel. Ils ont failli à leur travail d'information parce qu'ils ne travaillent plus qu'à charge, et ne nous donnent plus que les indices qui sont en défaveur du politique. Personne ne vote pour les médias. On ne vote que pour les politiques. Le métier de politicien a perdu son auréole de gloire pour n'être plus perçu que comme une malveillance. Quand seuls les opportunistes se destineront à ce métier (est-ce déjà le cas ?), la démocratie sera en danger.

Il faut tourner sept fois sa langue dans sa bouche avant de parler, dit l'expression qui fut autrefois très populaire. Lorsque l'on dit du mal de quelqu'un, il en reste toujours quelque chose, dit un autre dicton.

Si on ne veut pas que les politiciens ne s'exprime plus que sur la forme (discours creux), il faut leur permettre de s'exprimer sans crainte sur le fond (leur programme), sinon ils cacheront ce qui est la base même de leur motivation personnelle. Si on ne connaît pas leur vraie motivation, on ne sait plus pour qui on vote.

La démocratie est sensée mettre les meilleurs au pouvoir. S'il s'avère que l'on met le loup au pouvoir, la démocratie est morte, et il n'y a plus qu'une apparence de démocratie, qui n'a de valeur que tant que le loup la maintient.

Hier, un référendum a permis à Hugo Chavez de se représenter à nouveau aux élections de 2012 au Venezuela. Quand on ne comprend pas pourquoi les mandats présidentiels sont limités, on ouvre la porte à la dictature. Les dictateurs sont portés au pouvoir par la démocratie, mais ils ne rendent jamais le pouvoir, parce qu'ils ne savent pas travailler en équipe. Ils sont persuadé d'avoir raison envers et contre tous, et ne connaissent que le rapport de force et la domination.

_________________
«Lorsque l\'on voit la direction que prend le monde, il faut insister sur ce qui nous unit plutôt que sur ce qui nous divise. Je crois que c\'est la seule chose que l\'on peut faire, rien de plus » - Kofi Annan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://la-belle-rencontre.winnerbb.net/
jemrobe
******
avatar

Nombre de messages : 1138
Age : 76
Localisation : Bourgogne
Date d'inscription : 03/04/2006

MessageSujet: Re: Faut-il éviter les querelles de mots ?   Mar 17 Fév 2009 - 9:57

Ton analyse des états d'âme supposés du personnel politique est trop teintée d'angélisme pour que je la partage, du moins est-ce l'opinion que je partage avec moi même en considérant le mode de fonctionnement et de reproduction de la classe politique française.

Pour les personnels politiques des autres pays je ne suis pas à même de juger.

Les lois de la sélection naturelle décrite par Darwin sont parfaitement pertinentes pour décrire le cursus de sélection interne permettant aux partis de gouvernement français, je n'évoque pas ici les partis atypiques qui n'ont pas pour vocation de gouverner mais seulement de contester, de sélectionner en leur sein ceux dont le soif de pouvoir est suffisante pour accepter de tuer symboliquement père et mère afin d'y accéder et de tenter de s'y accrocher à l'instar des morpions qui s'accrochent aux attributs pileux cachés.

En France, l'histoire nous démontre que le résultat de l'incurie des politiques est toujours sanctionnée de la même manière : les adaptations aux besoins se font toujours au cours de phases révolutionnaires (combien de nations peuvent se targuer d'avoir vu leur souverain perdre la tête devant la contestation populaire ?) au pire, ou de gros bordel au mieux pour repartir jusqu'à l'explosion suivante car les politiques se reproduisant entre eux, les mêmes causes provoquent inéluctablement les mêmes effets.
C'est la vie.

_________________
La démocratie s’arrête là où commence la raison d’État. Charles PASQUA.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jeanmarie.robert.free.fr
arnold.jack
*****
avatar

Nombre de messages : 380
Localisation : centre France
Date d'inscription : 01/04/2006

MessageSujet: Re: Faut-il éviter les querelles de mots ?   Mar 17 Fév 2009 - 10:08

Nos politiciens ont avec nous des contacts par les mots et par les actes.

Ce qui les caractérise, selon moi, c’est qu’ils se présentent comme ceux qui ont la solution à nos problèmes : le croient-ils vraiment ?

Il se peut que certains soient de bonne foi. Je vois souvent des documentaires concernant à chaque fois un député différent. Quelles que soient leurs motivations, assurément ils ne restent pas « les deux pieds dans le même sabot ». Le temps qu’ils consacrent à leur tâche et les efforts déployés forcent l’admiration.

Et puis sans eux, qui mettrait-on à leur place ?

Cependant lorsqu’ils viennent avec des mots nous parler des lendemains qui chanteront grâce à eux, il me vient en mémoire ces paroles de je ne sais plus quel philosophe :

« Quand j’entends parler un politicien je me demande souvent s’il est honnête et si c’est le cas alors je me demande s’il est intelligent. »

Et chacun sait t (notre système politique est ainsi) que les promesses de politiciens n’engagent que ceux qui les écoutent.

Autre propos (dont il vaut mieux taire l’auteur) : « Si les peuples n’ont pas toujours les gouvernements qu’ils souhaitent du moins ont-ils ceux qu’ils méritent »

Qu’imaginer qui améliorerait le système ?

_________________
amour bien-être lucidité
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jemrobe
******
avatar

Nombre de messages : 1138
Age : 76
Localisation : Bourgogne
Date d'inscription : 03/04/2006

MessageSujet: Re: Faut-il éviter les querelles de mots ?   Mar 17 Fév 2009 - 13:47

Le pouvoir est un milieu acide oxydant qui dissout les meilleures intentions et les reprogramme selon sa logique propre.

Le seul moyen de lutter contre les conséquences, inéluctables pour les citoyens, de la reprogrammation des élus auxquels le pouvoir a été prêté est d'organiser un réseau de contrepouvoirs que le pouvoir corrupteur, au sens chimique du terme, ne pourra ni dissoudre ni reprogrammer.

À l'image des cellules cancéreuses qui luttent pour assurer leur survie en l'état contre les tentatives extérieures voulant modifier leur action, les politiques élus et reprogrammés intellectuellement par l'usage du pouvoir n'ont de cesse de circonvenir et d'annihiler toute tentative d'organisation des contrepouvoirs qui pourraient tenter d'équilibrer le leur.

Diriger c'est remuer la merde et celui qui prétendrait être en mesure de remuer la merde en gardant les mains propres est un menteur démagogue.

JP Chevènement avait tout juste quand il disait "Un ministre ça ferme sa gueule ou ça démissionne" la démonstration est faite, la seule solution pour rester honnête est de démissionner, mais alors on n'est plus un politique ayant le pouvoir et la boucle est bouclée...

_________________
La démocratie s’arrête là où commence la raison d’État. Charles PASQUA.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jeanmarie.robert.free.fr
catou
*
avatar

Nombre de messages : 31
Date d'inscription : 12/02/2009

MessageSujet: Re: Faut-il éviter les querelles de mots ?   Mar 17 Fév 2009 - 14:05

cheers jemrobe a parfaitement dit ce que je pense. Je n'ai rien à rajouter.

Ou si, un lien..... même si ça vire à la discussion politique (à déplacer dans la rubrique "politique" si besoin est Wink )

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jemrobe
******
avatar

Nombre de messages : 1138
Age : 76
Localisation : Bourgogne
Date d'inscription : 03/04/2006

MessageSujet: Re: Faut-il éviter les querelles de mots ?   Mar 17 Fév 2009 - 15:11

Le pouvoir rend aveugle et parfois fou, mais il y'a pire c'est le pognon, et là les ravages ne sont pas circonscrits à une petite classe de dirigeants mais concerne toute la société qui fomente en son sein tous les ingrédients qui la feront un jour exploser.

Tiens, un exemple qui ne vient pas de chez nous mais des USA, toujours en avance d'une connerie sur nous, mais on se soigne en suivant, c'est ici

_________________
La démocratie s’arrête là où commence la raison d’État. Charles PASQUA.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jeanmarie.robert.free.fr
abuzin
******
avatar

Nombre de messages : 768
Age : 62
Localisation : Rhode-Saint-Genèse
Date d'inscription : 30/03/2006

MessageSujet: Re: Faut-il éviter les querelles de mots ?   Mer 18 Fév 2009 - 7:21

jemrobe a écrit:
Ton analyse des états d'âme supposés du personnel politique est trop teintée d'angélisme pour que je la partage, du moins est-ce l'opinion que je partage avec moi même en considérant le mode de fonctionnement et de reproduction de la classe politique française.

Ce n'est pas de l'angélisme, c'est du pragmatisme humaniste.

Si les politiciens sont tous pourris, les êtres humains sont également tous pourris dès qu'ils accèdent à la condition de politicien.

Alors, il faut trouver une solution qui permettent d'avoir des relations à l'autre qui respecte la liberté de chacun sans empêcher celle de l'autre.

Comme je crois que l'on a dû tout essayer, je crois qu'il est temps d'empêcher les êtres humains de se reproduire. Il n'y a pas de raison valable qui admettent que ce soit notre progéniture qui doivent payer, comme d'habitude, pour nos conneries.

Un problème doit trouver sa solution. S'il n'y a pas de solution et que la situation en l'état n'est pas une solution non plus, il faut éradiquer le problème de manière radicale. Et le problème, c'est l'espèce humaine qui est incapable de sortir par le haut de ses propres crises.

Si le nivellement par le bas est trop important, et que l'intelligence alliée à la responsabilité et à la solidarité humaine ne fonctionne pas, alors il faut revenir au rapport de force, c'est-à-dire au chacun pour soi. C'est un choix évidemment.

Les gens ne comprennent et ne reviennent à la raison qu'après de bonnes guerres ou "révolutions" bien sanglantes. L'inconvénient du rapport de force, c'est que personne ne peut préjuger à l'avance de qui en sera effectivement victime.

_________________
«Lorsque l\'on voit la direction que prend le monde, il faut insister sur ce qui nous unit plutôt que sur ce qui nous divise. Je crois que c\'est la seule chose que l\'on peut faire, rien de plus » - Kofi Annan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://la-belle-rencontre.winnerbb.net/
arnold.jack
*****
avatar

Nombre de messages : 380
Localisation : centre France
Date d'inscription : 01/04/2006

MessageSujet: Re: Faut-il éviter les querelles de mots ?   Mer 18 Fév 2009 - 9:36

Abuzin écrit :

Citation :
« Comme je crois que l'on a dû tout essayer, je crois qu'il est temps d'empêcher les êtres humains de se reproduire. Il n'y a pas de raison valable qui admette que ce soit notre progéniture qui doive payer, comme d'habitude, pour nos conneries. »

C’est sans doute vrai que le jour n’est pas loin où l’on devra obliger les humains à maîtriser leur procréation, à mieux élever et instruire leur progéniture, à choisir un mode de vie non destructeur de la planète…

Les utopistes de tout poil ont proposé des visions d’autres mondes afin de susciter la réflexion. Cela ne suffit pas car notre monde est bien structuré pour un modèle donné.

Une élite se dégage qui veut prolonger ce monde pour le meilleur de la vie de cette élite. Et cette élite s’entend toujours bien pour écraser toute velléité de changement qui la troublerait.

J’ai essayé de placer une utopie dans ce sens, à la page futurible de mon site, sous forme de nouvelle à discuter. Dans une autre page -peut-être « Actuel ? » - j’ai dit comment cette élite utilisait la guerre pour maintenir ses privilèges.

Ce site a aussi pour utilité de servir aux forums qui abordent ces thèmes. Bonne
lecture éventuelle ( www au bas de ce message)

Ceci dit, vouloir changer le monde n’est pas une mince affaire, d’autant que l’occasion n’en est souvent donnée que lors de désordres dont bénéficie toujours la même élite maffieuse. A croire que c’est elle le vrai moteur et cerveau du monde !

_________________
amour bien-être lucidité
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jemrobe
******
avatar

Nombre de messages : 1138
Age : 76
Localisation : Bourgogne
Date d'inscription : 03/04/2006

MessageSujet: Re: Faut-il éviter les querelles de mots ?   Mer 18 Fév 2009 - 10:05

abuzin a écrit:

Ce n'est pas de l'angélisme, c'est du pragmatisme humaniste.

Si les politiciens sont tous pourris, les êtres humains sont également tous pourris dès qu'ils accèdent à la condition de politicien.
Le pragmatisme touche aussi ceux qui sont aux commandes au point qu'ils en deviennent humanistes.
Incroyable non ?
Tiens lis donc le beau sursaut humaniste qui se prépare aux États Unis :
Citation :
États-Unis : la peine de mort victime de la crise

Une dizaine d'États américains examinent actuellement des projets de loi pour abolir la peine de mort qui grève leurs budgets en pleine crise économique.
Les États concernés ont le plus souvent mis à mort depuis trente ans un nombre de condamnés se comptant sur les doigts d'une seule main, mais il s'agit néanmoins d'une "tendance nationale".

Ainsi le Montana, dont le Sénat a aboli la peine de mort, a-t-il exécuté trois personnes depuis 1976 et son couloir de la mort accueille aujourd'hui deux condamnés, selon le Centre d'informations sur la peine de mort (DPIC). Le texte adopté lundi doit être discuté par la Chambre des représentants de cet État du nord-ouest des États-Unis.

Au Kansas où aucune exécution n'est intervenue depuis 1976 mais où neuf hommes croupissent dans le couloir de la mort, l'aspect financier prime sur toute considération judiciaire.

Une élue républicaine, Caroline McGinn, a introduit une proposition de loi interdisant toute condamnation à mort à partir du 1er juillet afin de combler le déficit de l'État.

C'est aussi ce sur quoi s'appuient les élus du Nouveau-Mexique qui espèrent voir une loi passer cette année, maintenant que leur gouverneur, Bill Richardson, n'est plus candidat à des fonctions nationales.
Selon les observateurs, le bénéfice d'une abolition dans cet État qui a procédé à une seule exécution depuis trente ans et compte deux personnes dans son couloir de la mort serait de plus d'un million de dollars.

Les élus du Nebraska et du New Hampshire examinent également des lois abolitionnistes tandis que l'Oklahoma et l'Utah envisagent de la limiter. Quant au Maryland (5 exécutions depuis 1976), il semble l'un des plus proches du but, puisque son gouverneur, Martin O'Malley, s'est prononcé en faveur de l'abolition.

"La question du coût est résolument une de celle que les législateurs étudient à cause de la sérieuse récession économique (...), ils cherchent des moyens de réduire les dépenses et de se sortir du déficit", analyse Steve Hall.
La condamnation à mort coûte en effet parfois jusqu'à dix fois plus cher que la condamnation à la prison à vie. Outre un procès plus complexe et plus long, les procédures d'appel durent des années et, la plupart du temps, les condamnés sont défendus par des avocats payés par l'État.

Entretenir un couloir et une chambre de la mort est aussi plus onéreux en termes de surveillance notamment.

Les Constitutions de 36 États américains sur 50 acceptent la peine de mort, réautorisée par la Cour suprême en 1976.


Ne désespère pas du genre humain abuzin, l'humanisme réaliste est bel et bien en marche, alléluia.

_________________
La démocratie s’arrête là où commence la raison d’État. Charles PASQUA.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jeanmarie.robert.free.fr
abuzin
******
avatar

Nombre de messages : 768
Age : 62
Localisation : Rhode-Saint-Genèse
Date d'inscription : 30/03/2006

MessageSujet: Re: Faut-il éviter les querelles de mots ?   Jeu 19 Fév 2009 - 1:15

arnold.jack a écrit:
C’est sans doute vrai que le jour n’est pas loin où l’on devra obliger les humains à maîtriser leur procréation, à mieux élever et instruire leur progéniture, à choisir un mode de vie non destructeur de la planète…

Ce n'est pas ce que je proposais. Moi, je parlais de l'extinction de l'espèce humaine par refus de la reproduction. En clair, hormis les enfants, l'espèce humaine devient conne à l'âge adulte. Seuls les enfants comprennent instinctivement, pureté oblige, la nécessité de la solidarité.

L'éducation les fait rentrer dans le moule, et après ils croient comprendre, mais, en fait, ils ont appris à oublier ce qui est important.

_________________
«Lorsque l\'on voit la direction que prend le monde, il faut insister sur ce qui nous unit plutôt que sur ce qui nous divise. Je crois que c\'est la seule chose que l\'on peut faire, rien de plus » - Kofi Annan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://la-belle-rencontre.winnerbb.net/
arnold.jack
*****
avatar

Nombre de messages : 380
Localisation : centre France
Date d'inscription : 01/04/2006

MessageSujet: Re: Faut-il éviter les querelles de mots ?   Jeu 19 Fév 2009 - 10:33

Il se peut que la crise que nous allons vivre nous aide à comprendre ce qui est important.

Je ne crois pas que la pureté "supposée" des enfants soit suffisante pour inventer un monde d'adultes digne de l'homme.

Pendant la révolution blanche, en URSS, des régions entières furent témoins de la "suppression" des adultes. Un vieux film " poême pédagogique" de Makarenko ( je crois ?) montra quel monde avait édifié les enfants survivants. Les grands y exploitaient les petits, les filles étaient prostituées , etc...

Le "bon sauvage" de Rousseau ne confirme que l'ignorance de son auteur, en la matière. Hélas !.

Si nous voulons bâtir un monde meilleur, ne tombons pas dans l'angélisme, soyons lucides ... sans désespérer. Pas facile.

_________________
amour bien-être lucidité
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
catou
*
avatar

Nombre de messages : 31
Date d'inscription : 12/02/2009

MessageSujet: Re: Faut-il éviter les querelles de mots ?   Jeu 19 Fév 2009 - 11:40

Abuzin a dit:
Citation :
Ce n'est pas ce que je proposais. Moi, je parlais de l'extinction de l'espèce humaine par refus de la reproduction. En clair, hormis les enfants, l'espèce humaine devient conne à l'âge adulte. Seuls les enfants comprennent instinctivement, pureté oblige, la nécessité de la solidarité.

Ce n'est pas uniquement le fait de devenir adulte qui nous fait devenir con, c'est le fait de vivre en société parce que c'est une histoire de compétition permanente dès la scolarité, se battre, être le meilleur et bla bla bla.... on nous forge une mentalité compatible avec la société de consommation. L'argent aura toujours le pouvoir comme disait jemrobe.

Citation :
L'éducation les fait rentrer dans le moule, et après ils croient comprendre, mais, en fait, ils ont appris à oublier ce qui est important.

Peut on réellement faire autrement?
L'éducation est forcément liée à la société, suivre le mouvement pour ne pas être en marge, nous sommes conditionnés dès le plus jeune âge, difficile d'échapper à tout cela Rolling Eyes

Naissance--> éducation--> vie active--> consommation--> famille/reproduction --> (sur)consommation etc etc etc etc etc
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
catou
*
avatar

Nombre de messages : 31
Date d'inscription : 12/02/2009

MessageSujet: Re: Faut-il éviter les querelles de mots ?   Jeu 19 Fév 2009 - 11:46

Arnold a dit:

Citation :
Si nous voulons bâtir un monde meilleur, ne tombons pas dans l'angélisme, soyons lucides ... sans désespérer. Pas facile.

Non pas facile quand la réalité dépasse l'espoir.

L'adulte est-il plus CON à croire en un avenir meilleur ou
est-il plus CON à ne pas y croire?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
arnold.jack
*****
avatar

Nombre de messages : 380
Localisation : centre France
Date d'inscription : 01/04/2006

MessageSujet: Re: Faut-il éviter les querelles de mots ?   Ven 20 Fév 2009 - 10:42

Ce qui est con c'est de croire sans chercher à comprendre. Peut-être ?

Etre adulte c'est chercher les meilleurs moyens d'agir sur la réalité.

Susciter des efforts qui favoriseront la sympathie du père Noël, cela peut être un procéde pédagogique mais ne devrait pas s'adresser à des adultes.

Encore que beaucoup de psy pensent que la part enfantine qui est en chacun de nous est une source d'énergie.

Enthousiasme et réalisme, faut équilibrer. Il ne faut pas que l'un tue l'autre.

_________________
amour bien-être lucidité
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Faut-il éviter les querelles de mots ?   

Revenir en haut Aller en bas
 
Faut-il éviter les querelles de mots ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les mots
» Je voudrais votre opinion sur ma dissertation (urgent)
» Dans la perspective d'études de médecine : latin ou grec ?
» Toulouse et ses quartiers à éviter
» Ces médicaments qu'il vaudrait mieux éviter de prendre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La belle rencontre :: Psychologie et Sociologie :: Sociologie-
Sauter vers: