La belle rencontre

Le contraire d'une rencontre fâcheuse
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Partie d'inventaire, l'éducation.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
pascale
******


Nombre de messages : 679
Localisation : annecy
Date d'inscription : 30/03/2006

MessageSujet: Partie d'inventaire, l'éducation.   Jeu 27 Avr 2006 - 14:01

Ca te va comme cela Arnold.Jack?

Que préconises-tu en terme d'éducation pour notre jeunesse en détresse?
Je viens de lire encore un article sur cet ado qui a agressé sa prof pendant qu'un autre filmait la scène.
Le film circulait dans la cité affraid Sad

Comme le disait Abuzin dans le sujet sur cet autre ado, mort pour un mp3, c'est l'horreur pour les parents de la victime et pour ceux du meurtrier.
C'est l'horreur pour ces 2 là.
Le 1er a fini sa vie en l'ayant à peine commencée. L'autre va la continuer dans quel contexte? Comment se remettre d'un tel geste, d'une telle conséquence?

Qui sont ces souffrances ambulantes qui n'ont plus ni père, ni repères, ni foi, ni loi?
Qui sont ces jeunes que tout sâoule, qui s'effondrent à la moindre résistance?
Qui ne supportent plus la moindre contrainte et la moindre autorité?

Quelles bases éducatives et formatives n'ont-ils pas reçues?

_________________
Etre homme, c'est précisément être responsable
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
abuzin
******


Nombre de messages : 768
Age : 61
Localisation : Rhode-Saint-Genèse
Date d'inscription : 30/03/2006

MessageSujet: Re: Partie d'inventaire, l'éducation.   Jeu 27 Avr 2006 - 21:46

Lorsque l'exemple, venant d'en haut, n'est plus un exemple, les jeunes perçoivent vite que les règles ne s'appliquent qu'à la plèbe.

- Chirac traîne ses casseroles depuis des décennies et il est président. Il est le plus fort donc il est impuni.

- Les américains mentent sur les raisons qui les ont amenés en Irak. Ils sont les plus forts donc ils sont impunis.

- etc

Ils se rendent compte qu'il y a une justice à deux vitesse. Une pour les forts et une pour les faibles. Le fort est gagnant et le faible est perdant.

S'ajoute à ça, la banalisation de la violence que les médias affiche sans pudeur, dans les news, les films, les clips vidéos, le cynisme des discours d'exclusion d'un Lepen, d'un Philippe Le Vil, d'un Sarkozy, etc.

S'ajoute encore à ça, une société qui pousse à la consommation à outrance. Celui qui ne consomme pas, n'existe pas.

Qu'est-ce qu'un prof ? Un minable qui n'a pas réussit.

Tout cela n'est que le début. Le pire est à venir.

abuzin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://la-belle-rencontre.winnerbb.net/
jemrobe
******


Nombre de messages : 1138
Age : 75
Localisation : Bourgogne
Date d'inscription : 03/04/2006

MessageSujet: Re: Partie d'inventaire, l'éducation.   Ven 28 Avr 2006 - 6:00

Même perspective pour l'Iranien de base qui ne comprend pas pourquoi seul son pays n'aurait pas le droit d'avoir son joujou atomique à l'instar de l'Inde qui n'a pas signée le pacte de non prolifération, le Pakistan, Israël ou la Corée du nord...
Toujours la force de l'exemple venu d'en haut.

_________________
La démocratie s’arrête là où commence la raison d’État. Charles PASQUA.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jeanmarie.robert.free.fr
abuzin
******


Nombre de messages : 768
Age : 61
Localisation : Rhode-Saint-Genèse
Date d'inscription : 30/03/2006

MessageSujet: Re: Partie d'inventaire, l'éducation.   Ven 28 Avr 2006 - 7:26

Tout à fait.

Pour cet iranien de base, l'Iran a le droit à sa bombe. Il ne comprend pas que la communauté internationale fasse un procès d'intention à l'Iran, sans qu'elle le fasse également à d'autres pays, États-Unis et Israël en tête.

abuzin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://la-belle-rencontre.winnerbb.net/
jemrobe
******


Nombre de messages : 1138
Age : 75
Localisation : Bourgogne
Date d'inscription : 03/04/2006

MessageSujet: Re: Partie d'inventaire, l'éducation.   Ven 28 Avr 2006 - 16:19

abuzin a écrit:
Lorsque l'exemple, venant d'en haut, n'est plus un exemple, les jeunes perçoivent vite que les règles ne s'appliquent qu'à la plèbe.
abuzin

Je dévie du sujet original mais je pense que le détour par ce sentier là est indispensable pour continuer plus loin.

D'après Jean de La Fontaine :
"La raison du plus fort est toujours la meilleure".
Cette sentence suggère l'idée d'un pouvoir qui ne doit pas se justifier. Il a pour lui la force.
L'art de la politique n'a pas vraiment changé.
La philosophie politique vise traditionnellement le contraire: le pouvoir est tenu de se légitimer devant le tribunal de la raison.

Si toutes les fins se valent, si la raison se réduit à la mise en œuvre de politiques particulières , si la morale s'identifie à la page blanche que le politique s'interdit de remplir, la "raison du plus fort", technocratique et justifiée par décret, régne au cœur de la bonne gouvernance moderne.

Juste pour sourire un peu, ne manquez pas la suite :

À tort ou à raison ?

On ne sait jamais qui a raison ou qui a tort.
C'est difficile de juger. Moi, j'ai longtemps donné raison à tout le monde.
Jusqu'au jour où je me suis aperçu que la plupart des gens à qui je donnais raison avaient tort !
Donc, j'avais raison !
Par conséquent, j'avais tort !
Tort de donner raison à des gens qui avaient le tort de croire qu'ils avaient raison.
C'est-à-dire que moi qui n'avais pas tort, je n'avais aucune raison de ne pas donner tort à des gens qui prétendaient avoir raison, alors qu'ils avaient tort !
J'ai raison, non ? Puisqu'ils avaient tort !
Et sans raison, encore ! Là, j'insiste, parce que ... moi aussi, il arrive que j'aie tort.
Mais quand j'ai tort, j'ai mes raisons, que je ne donne pas.
Ce serait reconnaître mes torts !!!
J'ai raison, non ? Remarquez ... il m'arrive aussi de donner raison à des gens qui ont raison.
Mais, là encore, c'est un tort.
C'est comme si je donnais tort à des gens qui ont tort.
Il n'y a pas de raison !

En résumé, je crois qu'on a toujours tort d'essayer d'avoir raison devant des gens qui ont toutes les bonnes raisons de croire qu'ils n'ont pas tort !

Raymond Devos

Et pour terminer je vous propose un voyage chez Christian Magnan du Collège de France qui en développe de biens bonnes.

Si vous disposez d'un peu de temps, continuez le voyage vers les pages amont, on en lit de belles.

_________________
La démocratie s’arrête là où commence la raison d’État. Charles PASQUA.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jeanmarie.robert.free.fr
abuzin
******


Nombre de messages : 768
Age : 61
Localisation : Rhode-Saint-Genèse
Date d'inscription : 30/03/2006

MessageSujet: Re: Partie d'inventaire, l'éducation.   Ven 28 Avr 2006 - 23:00

Effectivement, tu as raison ... enfin, je veux dire ... tort ... heu ... je ne sais plus ... scratch ... Je sens que je vais craquer ... je craque ... j'ai craqué Shocked

abuzin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://la-belle-rencontre.winnerbb.net/
abuzin
******


Nombre de messages : 768
Age : 61
Localisation : Rhode-Saint-Genèse
Date d'inscription : 30/03/2006

MessageSujet: Re: Partie d'inventaire, l'éducation.   Sam 29 Avr 2006 - 0:18

La raison du plus fort est-elle toujours la meilleure ?

Si il est une raison pour laquelle je suis agnostique, c'est bien à cause de cette question. Dieu a-t-il tous les droits ? Dans les religions, il est souvent (pour ne pas dire toujours) malvenu de contester la puissance de Dieu.

Je ne peux pas être athée parce que je refuse de fermer les portes à l'éventualité de l'existence de Dieu au nom d'une raison, qui par moment, est, elle aussi, une dictature. Je ne peux pas être croyant parce que je refuse la dictature d'un être qui dirigerait ma vie parce qu'il possède simplement la puissance que je ne peux lui opposer. Si c'est cette puissance qui doit m'obliger à me mettre ventre à terre pour ne pas finir en enfer, je préfère choisir l'enfer par ma rébellion que le paradis par ma soumission. Donc, Dieu doit être, pour moi, autre chose qu'un alien surpuissant pour que je lui doive le respect.

C'était mon tour de faire un petit hors-sujet afin d'expliquer ma position.

Je serais toujours profondément et viscéralement du côté du perdant écrasé par le plus fort, lorsque ce plus fort n'invoquera comme justification à cet écrasement que sa force et l'arrogance de sa puissance.

Si le sens de la vie est un rapport de force et uniquement un rapport de force, je rendrai mon tablier et ma vie avec. Fort heureusement (pour moi Very Happy ), je ne le crois pas. La vie ne peut être un simple combat pour sa propre survie et celle de son espèce. Ce serait un gaspillage d'énergie et la nature ne gaspille pas son énergie.

L'homme a-t-il un rôle à jouer ? Oui et non. Si il croit que son rôle et d'être "le phénix des hôtes de ce bois", il se trompe. Si il croit que ce rôle est d'être un chaînon dans une réalité beaucoup plus vaste que son simple ego, je suis d'accord.

L'homme doit se penser comme un élément, une particule élémentaire d'une entité qui s'appelle "humanité". Humanité, elle même, particule élémentaire d'une entité plus grande encore qui est "le monde du vivant". Monde du vivant qui est avec les autres entités de son niveau, particule élémentaire d'une entité encore plus grande, etc, jusqu'à l'infiniment grand, mais aussi dans l'autre sens vers l'infiniment petit.

Dans notre corps, des cellules en viennent parfois à vouloir être indépendante de l'unité que nous représentons (cancer). Lorsque cela se passe, l'unité supérieure est en danger de mort. Non, seulement, elle, mais également les unités des niveaux supérieures, par le principe de causalité.

L'homme "égoïste" (n'assumant que la survie de son ego) est une plaie sociale. Ce n'est pas par une obligation qui serait dictatoriale qu'il ne faut pas être "égoïste", c'est parce que c'est une nécessité qui implique la survie de l'unité supérieure. Voilà pourquoi j'ai l'âme socialiste. L'individu ne peut s'épanouir dans la société au détriment de son voisin, parce que nuire à son voisin, c'est se nuire à soi-même, à sa descendance directe (ses enfants) et à sa descendance indirecte (les enfants des autres).

Voilà toute ma religion et ma philosophie. Je ne dis pas que je ne failli jamais - je ne suis pas le meilleur des hommes -, je dis que j'essaie d'être le plus souvent en accord avec ses principes, et que je remet constamment le travail sur le métier.

Si on n'explique pas cela à nos enfants, on ne doit pas s'étonner qu'ils meurent en victime ou qu'ils deviennent des assassins.

Aujourd'hui le corps social de l'humanité se morcelle et se disloque en intérêts partisans. L'entité-humanité courre à sa perte. Il n'est pas trop tard pour changer les choses, mais il est très tard. Il est très important que chacun en prenne conscience et agisse, ou alors qu'il accepte l'enchaînement de ses actes et de ses non-actes, c'est à dire la loi du plus fort et les horreurs qu'elle ne manquera pas d'impliquer.

Vos contributions à ce forum sont de petits actes qui permettent, à leur niveau, à la solidarité humaine de rester debout.

abuzin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://la-belle-rencontre.winnerbb.net/
pascale
******


Nombre de messages : 679
Localisation : annecy
Date d'inscription : 30/03/2006

MessageSujet: Re: Partie d'inventaire, l'éducation.   Sam 29 Avr 2006 - 14:56

abuzin a écrit:
La raison du plus fort est-elle toujours la meilleure ?

Si il est une raison pour laquelle je suis agnostique, c'est bien à cause de cette question. Dieu a-t-il tous les droits ? Dans les religions, il est souvent (pour ne pas dire toujours) malvenu de contester la puissance de Dieu.

Je ne peux pas être athée parce que je refuse de fermer les portes à l'éventualité de l'existence de Dieu au nom d'une raison, qui par moment, est, elle aussi, une dictature. Je ne peux pas être croyant parce que je refuse la dictature d'un être qui dirigerait ma vie parce qu'il possède simplement la puissance que je ne peux lui opposer. Si c'est cette puissance qui doit m'obliger à me mettre ventre à terre pour ne pas finir en enfer, je préfère choisir l'enfer par ma rébellion que le paradis par ma soumission. Donc, Dieu doit être, pour moi, autre chose qu'un alien surpuissant pour que je lui doive le respect.

C'était mon tour de faire un petit hors-sujet afin d'expliquer ma position.

Je serais toujours profondément et viscéralement du côté du perdant écrasé par le plus fort, lorsque ce plus fort n'invoquera comme justification à cet écrasement que sa force et l'arrogance de sa puissance.

Si le sens de la vie est un rapport de force et uniquement un rapport de force, je rendrai mon tablier et ma vie avec. Fort heureusement (pour moi Very Happy ), je ne le crois pas. La vie ne peut être un simple combat pour sa propre survie et celle de son espèce. Ce serait un gaspillage d'énergie et la nature ne gaspille pas son énergie.

L'homme a-t-il un rôle à jouer ? Oui et non. Si il croit que son rôle et d'être "le phénix des hôtes de ce bois", il se trompe. Si il croit que ce rôle est d'être un chaînon dans une réalité beaucoup plus vaste que son simple ego, je suis d'accord.

L'homme doit se penser comme un élément, une particule élémentaire d'une entité qui s'appelle "humanité". Humanité, elle même, particule élémentaire d'une entité plus grande encore qui est "le monde du vivant". Monde du vivant qui est avec les autres entités de son niveau, particule élémentaire d'une entité encore plus grande, etc, jusqu'à l'infiniment grand, mais aussi dans l'autre sens vers l'infiniment petit.

Dans notre corps, des cellules en viennent parfois à vouloir être indépendante de l'unité que nous représentons (cancer). Lorsque cela se passe, l'unité supérieure est en danger de mort. Non, seulement, elle, mais également les unités des niveaux supérieures, par le principe de causalité.

L'homme "égoïste" (n'assumant que la survie de son ego) est une plaie sociale. Ce n'est pas par une obligation qui serait dictatoriale qu'il ne faut pas être "égoïste", c'est parce que c'est une nécessité qui implique la survie de l'unité supérieure. Voilà pourquoi j'ai l'âme socialiste. L'individu ne peut s'épanouir dans la société au détriment de son voisin, parce que nuire à son voisin, c'est se nuire à soi-même, à sa descendance directe (ses enfants) et à sa descendance indirecte (les enfants des autres).

Voilà toute ma religion et ma philosophie. Je ne dis pas que je ne failli jamais - je ne suis pas le meilleur des hommes -, je dis que j'essaie d'être le plus souvent en accord avec ses principes, et que je remet constamment le travail sur le métier.

Si on n'explique pas cela à nos enfants, on ne doit pas s'étonner qu'ils meurent en victime ou qu'ils deviennent des assassins.

Aujourd'hui le corps social de l'humanité se morcelle et se disloque en intérêts partisans. L'entité-humanité courre à sa perte. Il n'est pas trop tard pour changer les choses, mais il est très tard. Il est très important que chacun en prenne conscience et agisse, ou alors qu'il accepte l'enchaînement de ses actes et de ses non-actes, c'est à dire la loi du plus fort et les horreurs qu'elle ne manquera pas d'impliquer.

Vos contributions à ce forum sont de petits actes qui permettent, à leur niveau, à la solidarité humaine de rester debout.

abuzin

Abuzin,

Je suis croyante pour des raisons que je ne peux vraiment définir. Cela me dépasse.
Pourtant je sais comment expliquer les preuves de cette réalité et non de cette existence...Nous ne sommes pas dans le sujet, donc je ne le fais pas.


Dieu ne décide pas pour moi.
La Foi, c'est un paramètre qui nous rend vivant, réfléchi, observateur de soi-même plus que des autres.
C'est exactement la même chose, dans la démarche, que tout ce qui te tient à coeur dans ta démarche humaniste.

Dieu ne décide pas pour moi.
Il n'est pas une autorité suprême qui me demande des comptes autrement que pour moi-même.

Ce qui veulent afficher Dieu en décideur incontesté et incontestable se trompent.
On est totalement seul face à ce concept divin. Il ne parle qu'à soi, à travers soi.
Le but à atteindre est d'être un meilleur compagnon pour soi-même parce qu'à partir de là, on est aussi meilleur pour les autres.

L'enfer, ce n'est pas Dieu qui le décide. Il ne décide rien d'autre que ce que je décide pour moi.
Il n'est responsable, ni des tremblements de terre, ni de nos guerres, ni de nos erreurs, voire nos fautes...

TU AS PARFAITEMENT RAISON, DIEU EST AUTRE CHOSE QU' UN ALIEN SURPUISSANT.

Quand les croyants du monde entier commenceront à le comprendre, nous ne serons pas loin de vivre en paix...

Pas le temps de répondre sur le fonds, je file au sommet de la montagne, histoire de poser la question...S'il est bien un endroit où je puisse avoir une réponse, c'est là sunny

_________________
Etre homme, c'est précisément être responsable
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
arnold.jack
*****


Nombre de messages : 380
Localisation : centre France
Date d'inscription : 01/04/2006

MessageSujet: Re: Partie d'inventaire, l'éducation.   Sam 29 Avr 2006 - 15:58

- Pascale : cela me va tout à fait : un post pour faire l'inventaire de thèmes, puis un post par thème. Mais il n'est pas indispensable de suivre mon point de vue, et d'autres façons de faire peuvent se concevoir.

- Quant à mon point de vue sur l'Education... Tant de propos célèbres sur l'éducation ont été tenus, que mon point de vue est mineur.

En gros je suis d'accord avec ce qui s'est dit déjà. Cependant bien avant que l'état du monde révolte nos jeunes, je crains qu'ils n'aient pas eu " la programmation psychique " nécessaire à une vie sociale de qualité. Plus que le raisonnement qui crée l'inquiétude ou la colère face à l'injustice de notre monde, il y a une absence de sensibilité à l'autre qui est désolante.

Pour faire court, je dirais qu'il manque des structures " responsabilisantes " dès la petite enfance.

J'ai pu mesurer chez beaucoup d'enfants la maturité civique, la sensibilité, l'empathie chez des élèves d'école primaire de villages ( particulièrement en classe unique )et la perte de ces qualités chez des enfants d'écoles de ville à 10... 15 classes.

Dans mon village, l'instituteur était tenu pour responsable des bêtises faites, hors de l'école, par les enfants. Tout lui était plus ou moins signalé à terme. Les vieilles ( veuves de 14-18 ) à leur portillon, ironisaient au passage d'un élève retenu par une punition. Toute bêtise faite en classe, était rapportée dans les familles par les camarades. Dans mon enfance, Dieu n'était pas le seul à tout savoir, les adultes aussi savaient et agissaient en conséquence car la faute d'un enfant offensait ses parents, vis à vis d'autres adultes.

L'anonymat permanent est une des causes de la chienlit actuelle.

Un petit parisien récemment venu vers chez moi, à 5 ans, s'est amusé à quelques âneries, signalées à sa mère par la voisine. Stupéfaction de l'enfant : comment ont-ils su que c'était moi ? Il n'y a pas d'autres enfants dans ma rue ! Cela il ne l'aurait jamais imaginé. Il habite normalement une banlieue à problèmes où nul ne connaît son voisin...

Pour ma part, j'ai parfois " réintégré " quelques enfants déboussolés par la pédagogie de groupes. Ce que tu fais rejaillit sur le groupe, tes bonnes actions valorisent l'ensemble, tes échecs sont partagés. Et j'ai vu l'entre aide, le soutien, mais aussi la réprimande, venir des camarades-mêmes.

Mao tse toung disait : je crois en l'homme, oui, mais en l'homme collectif. C'est-à-dire inséré dans un groupe qui me perçoit et que je perçois.

Les structures familiales, villageoises, nationales sont devenues imperceptibles. Le réflexe communautaire apparaît comme remède, mais sous la bannière religieuse.

Je partage un peu le pessimisme exprimé dans ce post. Comment rattraper le manque d'éducation : hélas, par la rééducation ! Plutôt que d'épiloguer sur les circonstances atténuantes et le pardon facile, mieux vaudrait se préoccuper de structures propres à réhumaniser, à responsabiliser. Etre responsable, c'est être apte à recevoir une sanction pour ses actes : une récompense comme une punition. L'indifférence est pire qu'une lâcheté, c'est une destruction.

En Chine, la famille d'un condamné à mort paie la balle qui a tué un des siens. Nous sommes horrifiés ( nous condamnons cette peine et l'utilisation des organes qui s'en suit ) mais je comprends la balle à payer : la famille est co-responsable du crime d'un des siens. Pardonnez-moi cet exemple - dont je mesure l'apparente cruauté - relativement au laxisme où nous ont entraîné " nos bons sentiments "

Dans le post sur les cartes à puces, notre réflexe naturel est de craindre Big brother qui surveille tout. Dieu qui voyait tout est mort, des caméras le remplacent. Inquiétons-nous, certes, mais ne protestons pas trop vite.

Rendons sa responsabilité à chacun et que cela soit vécu comme une dignité retrouvée !

_________________
amour bien-être lucidité
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
f u c h s i a
Admin


Nombre de messages : 376
Date d'inscription : 01/04/2006

MessageSujet: Re: Partie d'inventaire, l'éducation.   Dim 30 Avr 2006 - 21:29

Merci Jemrobe de nous avoir rappelé le site de Christian Magnan.

J'avais déjà découvert ce scientifique, il y a quelque temps, mais n'avais pas tout lu.

Un scientifique qui ne se prend pas pour un surhomme et qui ne fait pas l'impasse sur le coeur et l'esprit.

Et marrante cette comparaison entre scientisme et machisme ....

Il me plait bien.

@++++
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
abuzin
******


Nombre de messages : 768
Age : 61
Localisation : Rhode-Saint-Genèse
Date d'inscription : 30/03/2006

MessageSujet: Re: Partie d'inventaire, l'éducation.   Lun 1 Mai 2006 - 22:03

f u c h s i a a écrit:
Et marrante cette comparaison entre scientisme et machisme ....

Cela me fait penser au livre que je lis actuellement "la vierge et le neutrino" d'Isabelle Stengers (c'est ma maman qui me l'a offert Very Happy ). C'est absolument horrible à lire (pire que moi). Elle a un style avec des phrases à rallonge qui fait que lorsque tu as fini de lire la fin de la phrase, tu en as oublié le début. Je vais devoir le lire au moins trois fois. Mais le contenu est passionnant.

Mais en gros, elle souligne la révolte des scientifiques devant la mise en cause de leur statut de référentiel absolu. Aujourd'hui, dans bien des cas, le scientifique n'est plus qu'un mercenaire qui travaille pour un patron au lieu de travailler pour la connaissance fondamentale. Il a trahi (avait-il le choix ?) et cette trahison, il l'a paye cher.

Ce n'est pas un hors-sujet, puisque ce qui arrive au scientifiques est également ce qui arrive aux enseignants, aux politiques, et même à la culture.

abuzin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://la-belle-rencontre.winnerbb.net/
pascale
******


Nombre de messages : 679
Localisation : annecy
Date d'inscription : 30/03/2006

MessageSujet: Re: Partie d'inventaire, l'éducation.   Mar 2 Mai 2006 - 14:16

arnold.jack a écrit:
- Pascale : cela me va tout à fait : un post pour faire l'inventaire de thèmes, puis un post par thème. Mais il n'est pas indispensable de suivre mon point de vue, et d'autres façons de faire peuvent se concevoir.

- Quant à mon point de vue sur l'Education... Tant de propos célèbres sur l'éducation ont été tenus, que mon point de vue est mineur.

En gros je suis d'accord avec ce qui s'est dit déjà. Cependant bien avant que l'état du monde révolte nos jeunes, je crains qu'ils n'aient pas eu " la programmation psychique " nécessaire à une vie sociale de qualité. Plus que le raisonnement qui crée l'inquiétude ou la colère face à l'injustice de notre monde, il y a une absence de sensibilité à l'autre qui est désolante.

Pour faire court, je dirais qu'il manque des structures " responsabilisantes " dès la petite enfance.

J'ai pu mesurer chez beaucoup d'enfants la maturité civique, la sensibilité, l'empathie chez des élèves d'école primaire de villages ( particulièrement en classe unique )et la perte de ces qualités chez des enfants d'écoles de ville à 10... 15 classes.

Dans mon village, l'instituteur était tenu pour responsable des bêtises faites, hors de l'école, par les enfants. Tout lui était plus ou moins signalé à terme. Les vieilles ( veuves de 14-18 ) à leur portillon, ironisaient au passage d'un élève retenu par une punition. Toute bêtise faite en classe, était rapportée dans les familles par les camarades. Dans mon enfance, Dieu n'était pas le seul à tout savoir, les adultes aussi savaient et agissaient en conséquence car la faute d'un enfant offensait ses parents, vis à vis d'autres adultes.

L'anonymat permanent est une des causes de la chienlit actuelle.

Un petit parisien récemment venu vers chez moi, à 5 ans, s'est amusé à quelques âneries, signalées à sa mère par la voisine. Stupéfaction de l'enfant : comment ont-ils su que c'était moi ? Il n'y a pas d'autres enfants dans ma rue ! Cela il ne l'aurait jamais imaginé. Il habite normalement une banlieue à problèmes où nul ne connaît son voisin...

Pour ma part, j'ai parfois " réintégré " quelques enfants déboussolés par la pédagogie de groupes. Ce que tu fais rejaillit sur le groupe, tes bonnes actions valorisent l'ensemble, tes échecs sont partagés. Et j'ai vu l'entre aide, le soutien, mais aussi la réprimande, venir des camarades-mêmes.

Mao tse toung disait : je crois en l'homme, oui, mais en l'homme collectif. C'est-à-dire inséré dans un groupe qui me perçoit et que je perçois.

Les structures familiales, villageoises, nationales sont devenues imperceptibles. Le réflexe communautaire apparaît comme remède, mais sous la bannière religieuse.

Je partage un peu le pessimisme exprimé dans ce post. Comment rattraper le manque d'éducation : hélas, par la rééducation ! Plutôt que d'épiloguer sur les circonstances atténuantes et le pardon facile, mieux vaudrait se préoccuper de structures propres à réhumaniser, à responsabiliser. Etre responsable, c'est être apte à recevoir une sanction pour ses actes : une récompense comme une punition. L'indifférence est pire qu'une lâcheté, c'est une destruction.

En Chine, la famille d'un condamné à mort paie la balle qui a tué un des siens. Nous sommes horrifiés ( nous condamnons cette peine et l'utilisation des organes qui s'en suit ) mais je comprends la balle à payer : la famille est co-responsable du crime d'un des siens. Pardonnez-moi cet exemple - dont je mesure l'apparente cruauté - relativement au laxisme où nous ont entraîné " nos bons sentiments "

Dans le post sur les cartes à puces, notre réflexe naturel est de craindre Big brother qui surveille tout. Dieu qui voyait tout est mort, des caméras le remplacent. Inquiétons-nous, certes, mais ne protestons pas trop vite.

Rendons sa responsabilité à chacun et que cela soit vécu comme une dignité retrouvée !

Arnold.Jack!

Le propos d'un éducateur ne peut pas être mineur. En tous les cas, pas plus que celui d'un de ces fossoyeurs de l'éducation nationale. Pas davantage que celui d'un parent démissionnaire, etc...

Je regarde, en ce moment le magnifique reportage sur les écoles en France (3 volets).
Quand on voit cet instituteur dans une classe unique en zone prioritaire d'éducation, on comprend que la solution est quelque part dans cette classe, dans cet homme.
Ecoutez, messieurs dames, comme les petits sont grands dans cette classe!
Quand on voit comment on enseigne dans nos écoles, nos collèges, nos lycées, on comprend pourquoi il est impossible d'obtenir des résultats comme ceux-ci.

Allez! Je vais m'engager à fond dans le pessimisme de la réalité à laquelle je suis confrontée tous les jours!

Oui, nos enfants sont malades.
Malades de grandir sans dialogue, sans intérêt, sans force, sans autorité.
Oui, au nom de cette sacrosainte liberté individuelle, ils agissent sans jamais prendre conscience de leurs faits et gestes.
Ils veulent être respectés sans que cela n'ait jamais aucun devoir en retour.
Quand ils disent qu'ils veulent du respect, ils veulent dire qu'ils ne supportent plus aucune autorité.
Autorité=contrainte=privation de liberté=stress=tout et n'importe quoi...

La pulsion et l'impulsion l'emportent sur la reflexion.
Le cri, les crises, la violence, les insultes, l'ignorance...

J'essaie de me souvenir...quelle adolescente étais-je?
Voyons? Moi aussi, je me sentais incomprise, isolée dans ma propre famille...J'avais beaucoup plus de devoirs que de droits.
Moi aussi j'ai gardé les blessures d'un passé familial douloureux...et pourtant...Quels ont été mes freins? Pourquoi ne me suis-je pas laissée aller à mes implusions de colère, de rejet violent?

Je pense, et c'est toujours le cas, que c'est grâce à la Loi.

J'ai intégré ce mot au point d'être une loi ambulante.
Je me suis appuyée sur mes échecs pour avancer. Ce que j'ai rejeté, je l'ai transformé.
La difficulté m'a stimulée au lieu de m'anéantir...

Que l'exemple vienne d'en haut, je conçois tout à fait que ce soit indispensable en matière d'éducation, mais lorsque nous étions enfants, nos gouvernements étaient-ils plus honnêtes, sûrement pas, et nous ne sommes pas devenus des assassins pour un vélo, liberté remplacée aujourd'hui par le mp3 ou le portable?
Où est la différence? Sinon dans cette restriction de notre liberté individuelle que le respect de la Loi nous inculquait?

Le respect de soi est devenu plus important que celui de l'autre.
Cela me paraît une constante à laquelle plus personne ne peut échapper désormais.

Mai 68 a symbolisé la toute puissance de la liberté totale et l'on a voulu y voir un blanc-seing pour la vie au mépris de toute éducation de cette dernière.
L'enfant est devenu roi, malheureusement pour lui, un roi-objet.

Briser l'hypocrisie du non-dit en matière éducative était indispensable, me semble-t-il, mais par quoi l'avons-nous remplacée?

Pourquoi, dans les moments les plus terribles de ce constat, parfois, je m'entends murmurer, "Grâce à Dieu, la mienne (ma fille!) a échappé à çà"
Non, je n'ai pas eu à rougir, ni à pleurer pour ses erreurs autant que les miennes.
J'ai d'autres inquiétudes, mais elles ne sont pas de cet ordre

_________________
Etre homme, c'est précisément être responsable
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Partie d'inventaire, l'éducation.   Aujourd'hui à 7:41

Revenir en haut Aller en bas
 
Partie d'inventaire, l'éducation.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» l'interview de M.khchichen Ministe de l'éducation
» Un nouveau blog "L'express" consacré à l'éducation
» [2nde] Textes autour de l'éducation ?
» Inventaire national du patrimoine naturel
» Les volcans d'Indonésie (une petite partie)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La belle rencontre :: Actualité, Médias et Politique :: Actualité-
Sauter vers: